Billie_letts_petite_voix

coeur_059coeur_059coeur_059

À 17 ans, enceinte de 7 mois et avec 7,77$ en poche, Novalee Nation est abandonnée par son petit ami sur le parking d’un Wal-Mart au fin fond de l’Arkansas alors qu'ils roulent vers un avenir meilleur sous le chaud soleil de la Californie. Sans un sou en poche et sans personne pour l'aider, Novalee n'aura d’autre solution que s'installer dans le supermarché et y vivre cachée jusqu'à la naissance de son bébé. Pendant deux mois, elle va croiser des personnages hauts en couleur, des êtres généreux qui deviendront des amis, et petit à petit la famille qu'elle n'a jamais eue et qu'elle souhaite ardemment pour sa petite fille.

J'ai eu un profond coup de coeur pour la magnifique histoire de Novalee Nation. C'est le genre de roman impossible à reposer tellement on est happé par l'histoire vécue par les personnages.  Le point fort de ce roman, ce sont vraiment tous ces superbes personnages fort attachants et sympathiques. Billie Letts sait parler de personnes ordinaires en les rendant extraordinaires. On les suit, avec de la tendresse et de la compassion dans les yeux, on est ému devant leurs peurs, leurs troubles, leurs joies parce que l'auteur parvient à les rendre, à travers les pages de son roman, bien vivants dans notre esprit. Le roman berce son lecteur de bout en bout. Il est attendrissant, à la fois drôle et grave, et surtout empreint d'une grande sensibilité.

10/10

Extraits:

"Il savait qu'elle avait ramené ses cheveux en arrière et les avait maintenus à l'aide d'un peigne en argent, de même il savait qu'elle portait une robe d'un demi-ton plus foncé que les glycines, mais, jusqu'à ce qu'il ouvre la porte, il ne savait pas que sa chevelure sentirait le chèvrefeuille, ni que la lumière tamisée donnerait aux paillettes vertes de ses yeux la teinte des saules aux premiers jours du printemps." p.74

"Certaine Blancoton avait un halo argenté de cheveux, la peau cuivré semé de taches de rousseur sur l'arête du nez. Quand elle souriait, ses yeux d'un vert cendré à peine plus clair que la sauge capturaient la lumière et brillaient comme du verre clair éclaboussé de pluie." p.154

La petite voix du coeur, Billie Letts, Belfond, 1996, 331p.