tracteur4e de couverture :

Quand leur père Nikolaï, veuf depuis peu, leur annonce qu'il compte se remarier avec Valentina, Vera et Nadezhda comprennent qu'il va leur falloir oublier leurs vieilles rivalités pour voler à son secours. Car Valentina a cinquante ans de moins que lui, des ogives nucléaire en guise de poitrine, et un certain penchant pour les plats surgelés! Mais surtout, elle est prête à tout pour assouvir sa quête du luxe à l'occidentale. Tandis que Nikolaï poursuit tant bien que mal son chef-d'oeuvre - une grande histoire du tracteur et de son rôle dans le progrès de l'humanité - les deux soeurs passent à l'action. Commence alors une bataille épique pour déloger l'intruse aux dessous de satin vert, sur fond de secrets de famille.

Le premier roman de Marina Lewycka est une comédie loufoque et farfelue. Le personnage du vieillard touchant et excentrique fait beaucoup la force du livre. Il est à la fois pitoyable et méprisable. Il est un mélange de la candeur et de la vulnérabilité liées au grand âge. Mais derrière le ton léger du roman des questions graves et actuelles sont abordées et nous plonge au cœur de la question de l’immigration. La narratrice est la plus jeune des deux sœurs. Elle cherche à faire la lumière sur le passé familial durant la Deuxième Guerre Mondiale, puisqu’elle est née à la fin de cette guerre. Elle découvre des pans entiers de l’histoire de sa famille, immigrés ukrainiens. J'ai bien aimé suivre les péripéties de cette famille hors de l'ordinaire, les personnages très caricaturaux sont drôle à mourir. J'ai aussi apprécié la façon d'écrire les dialogues, surtout lorsque les personnages ukrainiens s'expriment dans leur anglais approximatif. Hilarant!

8/10

Extraits :

"Il me parle toujours dans un anglais bizarrement accentué où l'emploi de l'article est pour le moins aléatoire, mais qui demeure dans l'ensemble fonctionnel. Un anglais d'ingénieur. Ma mère me parlait en ukrainien, avec ses nuances infinies de diminutifs affectueux. La langue maternelle." p.17

Marina Lewycka est née à la fin de la guerre de parents ukrainiens dans un camp de réfugiés à Kiel, en Allemagne, et a grandi en Angleterre, où elle vit aujourd’hui. Premier roman à la destinée exceptionnelle, best-seller en Angleterre où il s’est vendu à plus d’un million et demi d’exemplaires, Une brève histoire du tracteur en Ukraine a remporté le SAGA Award for Wit, le prix Bollinger Everyman Wodehouse for Comic Fiction et a été traduit en trente-deux langues.

Une brève histoire du tracteur en Ukraine, Marina Lewycka, Éd. Alto, 2008, 400p.