lundi 27 avril

Les hommes qui n'aimaient pas les femmes / Millénium 1 - Stieg Larsson

millenium_14e couverture:

Ancien rédacteur de Millénium, revue d’investigations sociales et économiques, Mikael Blomkvist est contacté par un gros industriel pour relancer une enquête abandonnée depuis quarante ans. Dans le huis clos d’une île, la petite nièce de Henrik Vanger a disparu, probablement assassinée, et quelqu’un se fait un malin plaisir de le lui rappeler à chacun de ses anniversaires.

Secondé par Lisbeth Salander, jeune femme rebelle et perturbée, placée sous contrôle social mais fouineuse hors pair, Mikael Blomkvist, cassé par un procès en diffamation qu’il vient de perdre, se plonge sans espoir dans les documents cent fois examinés, jusqu’au jour où une intuition lui fait reprendre un dossier.

Régulièrement bousculés par de nouvelles informations, suivant les méandres des haines familiales et des scandales financiers, lancés bientôt dans le monde des tueurs psychopathes, le journaliste tenace et l’écorchée vive vont résoudre l’affaire des fleurs séchées et découvrir ce qu’il faudrait peut-être taire.

Je dois être la dernière personne sur la planète à lire cette trilogie Millénium… Dans le premier volet, mettant en scène les personnages énigmatiques et mystérieux Mikael Blomkvist et Lisbeth Salander, on se retrouve plongé dans le monde complexe du journalisme économique. Pour les non initiés, c'est plutôt difficile de trouver ses repères, surtout au début du roman, mais l'intrigue brillamment mené par Stieg Larsson qui utilise les ficelles du polar d'une main de maître, nous laisse complètement sur le cul. Il réussi de façon sublime à faire durer le suspense et à nous sortir un as de sa manche au moment où on s'en attend le moins, il réussit à nous tenir en haleine jusqu'à la fin.

En ouvrant ce roman, on pénètre dans un monde étouffant et lourd de secrets et on en sort complètement abasourdi!

9.5/10

Les hommes qui n'aimaient pas les femmes - Millénium 1, Stieg Larsson, Actes Sud, 2006, 574p.

Posté par aBeiLLe_ à 01:26 - - Commentaires [18] - Permalien [#]


dimanche 26 avril

Habits du dimanche

IMGP5026

IMGP5019

En avril, ne te découvre pas d'un fil...

.

Posté par aBeiLLe_ à 22:19 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

Uglies / Pretties / Specials / Extras - Scott Westerfeld

Uglies4e couverture:

Tally aura bientôt 16 ans. Comme toutes les filles de son âge, elle s’apprête à subir l’opération chirurgicale de passage pour quitter le monde des Uglies et intégrer la caste des Pretties. Dans ce futur paradis promis par les Autorités, Tally n’aura plus qu’une préoccupation, s’amuser…

Mais la veille de son anniversaire, Tally se fait une nouvelle amie qui l’entraîne dans le monde des rebelles. Là-bas, elle découvre que la beauté parfaite et le bonheur absolu cachent plus qu’un secret d’État : une manipulation.

Que va-t-elle choisir? Devenir rebelle et rester laide à vie, ou succomber à la perfection.

***

Pretties

4e couverture:

.

Tally est enfin devenue une sublime Pretty. Elle a de grands yeux pailletés, un visage et un corps parfaits; tout le monde l’apprécie, et son petit copain est craquant. Ses rêves les plus fous sont devenus réalités.

.

Mais au cœur de cette vie de fête, de luxe high-tech et de liberté, perce un sentiment de malaise : quelque chose ne va pas, quelque chose d’important. Un jour, Tally reçoit un message, écrit de sa propre main lorsqu’elle était Ugly… À mesure qu’elle le lit, les souvenirs reviennent : sous la beauté parfaite et le bonheur absolu des Pretties se cache une effroyable vérité.

.

Désormais pour Tally un choix cruel s’impose : oublier à tout prix cette vérité ou fuir la cité pour sauver sa peau.

.

***

.

Specials

4e couverture:

.

Les  Specials : ce nom faisait frissonner Tally lorsqu’elle n’était qu’une Ugly insoumise et repoussante. Et voilà qu’après une nouvelle opération, elle est devenue une Special à son tour!

Pourtant, la jeune fille ne peut s’empêcher de penser à son ancienne vie. Alors, le jour où les Autorités lui demandent d’éliminer les rebelles de La Nouvelle-Fumée, un choix douloureux s’impose à elle : doit-elle écouter la petite voix de sa conscience ou mener à bien la mission cruelle pour laquelle elle a été conçue? Quelle que soit sa décision, le monde de Tally ne sera plus jamais le même…

***

Extras4e couverture:

.

Dans le monde de l’extrême beauté, seule compte la célébrité.

Plusieurs années se sont écoulées depuis que la rebelle Tally a renversé le système des Uglies, des Pretties et des Specials. Débarrassé de ces castes, le monde connaît une véritable renaissance, sous le regard permanent de mille millions de caméras. La société n’est plus qu’une gigantesque émission de télé-réalité. La célébrité règne sur le monde…

Une chose pourtant n’a pas changé : les moins de 16 ans ne sont pas censés se montrer en ville. Surtout quand on est une Extra comme Aya, une anonyme au rang facial ridicule. Sa seule chance de s’arracher à la médiocrité : claquer sur le nouveau réseau une histoire inouïe et …dangereuse.

.

Je ne suis pas une adepte de romans de science-fiction ou de Fantasy, j'en lis peu, mais je suis tombée sur cette petite série jeunesse à la biblio et je l'ai carrément dévorée! J'ai trouvée l'idée derrière ces romans vraiment ingénieuse et pleine d'imagination. J'ai été touchée par la personnalité aventurière et non conventionnelle des personnages féminins, en particulier Tally Youngblood. Une série très riche et entraînante, une critique de la société actuelle qui nous fait réfléchir sur l'impact de nos actes quotidiens sur le futur de la planète. Mention particulière aux très belles couvertures qui sont tout à fait dans le ton!

C'est totalement le genre de romans que j'aurais bien aimé lire à 13 ans.

8/10

.

Uglies, Scott Westerfeld, Pocket Jeunesse, 2007, 380p.

.

Pretties, Scott Westerfeld, Pocket Jeunesse, 2007, 400p.

Specials, Scott Westerfeld, Pocket jeunesse, 2008, 390p.

Extras, Scott Westerfeld, Pocket jeunesse, 2008, 432p.

Posté par aBeiLLe_ à 03:12 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

vendredi 24 avril

Embrasement matinal

IMGP4998

J'adore travailler la nuit simplement parce que je peux être le témoin privilégié de magnifiques levés de soleil! C'est un de mes petits plaisirs de la vie! Des moments inestimables.

Posté par aBeiLLe_ à 00:04 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

mercredi 22 avril

Sous les vents de Neptune - Fred Vargas

vargasLe commissaire Adamsberg de la brigade du 13e district de la police de Paris et son équipe sont invités par la police de Gatineau au Québec pour une formation scientifique sur le traitement des empruntes génétiques. Une semaine avant leur départ, un meurtre ravive les souvenirs du passé. Le Trident serait de retour d'entre les morts…

J'ai choisi de lire ce roman après le tordant billet de Karine:). J'avais ri à en pleurer en lisant son commentaire. Je trouve toujours très spécial la façon qu'on les "français" de traduire, ou d'interpréter nos bonnes vieilles expressions québécoise. Et là avec ce roman je suis ravie! Des expressions tout droit sorti du Classique Le Temps d'une paix! Je ne crois pas que l'auteur ait une connaissance approfondie du Québec d'aujourd'hui. Le choix des expressions et aussi des noms de ses personnages québécois ne sont vraiment pas au goût du jour. À croire que Vargas n'a pas mit les pieds au Québec depuis 1924! C'est vrai que nous avons cette façon unique et colorée de parler, mais dans ce roman les expressions et tournures sont très mal utilisées. C'est plutôt rare d'utiliser 4-5 expressions dans une même phrase, soit on a 85 ans et plus et on habite en campagne profonde ou soit on niaise!

J'ai relevée quelques incongruités dans le roman, dont un pied de neige en octobre!!! On a pas vu ça depuis au moins 1973! Et surtout de la neige en octobre ET des feuilles rouges dans les arbres... impossible! C'est soit un ou soit l'autre.

Ensuite, je n'ai jamais vu un officier de police tutoyer un collègue et encore moins quelqu'un qu'il ne connaît pas et surtout il ne l'appellera pas "man" en lui donnant des trucs pour accoster des filles en ville!!! « C’est surtout que t’aimes prendre du lousse. Moi, je vais jamais agousser les filles dans le centre-ville. On me repère trop là-bas. Alors quand j’ai des impatiences, je vais sur Ottawa. Allez, man, fais de ton best! » p.142 - Et je sais de quoi je parle...

Un autre truc qui m'a tapé sur les nerfs, les maudits écureuils, à croire qu'on a une infestation d'écureuils au Québec. Oui c'est vrai qu'il y en a, mais de là à ce que le personnage en croise à toutes les deux pages, il y a des limites! Si j'en vois 8 dans un été c'est bon. Lui en 3 jours il en a vu quoi 12! Une vraie plaie ces écureuils... ;o)

Et pour terminer le fameux double "tu" oui c'est vrai, on utilise souvent cette drôle de tournure, mais c'est dans des moments spécifiques, et surtout pas avec la négation! « Ça te gênes-tu pas que je m’assoie? » p. 135 - Ça ne fonctionne pas. Enlève le "pas" et là ça va. On l'utilise aussi dans la forme nterrogative mais pas comme ça « Tu vas-tu faire quoi, ce soir? P. 142 -  Quand on utilise le double "tu" dans 'interrogative la réponse doit impérativement être "oui ou non". Exemple "Tu veux-tu aller au cinéma ce soir?" C'est aussi simple que ça!

Voici quelques perles qui m'ont beaucoup amusées:

« Alors tais ton bec et tente pas de leur faire accroire. » p.167 -  Le fameux "tais ton bec" qui est en passe de devenir un classique de par chez nous. Je n'avais jamais mais au grand JAMAIS entendu cette expression. Elle est très comique et fais un effet du tonnerre quand elle est bien placée dans une conversation animée! :o)

.

« T’es dure de comprenure, ma belle. Ton chum, c’était une face à deux taillants, un hypocrite. Allume tes lumières, Noëlla. » p. 146 - J'avoue celle-là ça nous ressemble beaucoup, mais je remplacerais la "face à deux taillant" par "visage à deux faces" et ce serait parfait!

.

La dernière et non la moindre:

.

« Chacun de vous s’amanchera avec l’un des membres de la Brigade de Paris, et on changera les paires tous les deux ou trois jours. Allez-y de tout cœur mais menez-les pas tambour battant pour vous faire péter les bretelles, ils ne sont pas infirmes des deux bras. Ils sont en périodes d’entraînement, ils s’initient. Alors formez-les au pas de grise pour commencer. Et faites pas de l’esprit de bottine s’ils ne vous comprennent pas ou s’ils parlent autrement que nous. Ils sont pas plus branleux que vous autres sous prétexte qu’ils sont français. Je compte sur vous. » p. 133 - Celle-là c'est la meilleure! Je la ris encore! Je suis incapable de la lire sans éclater de rire! Comme disait Karine:) Trop, c'est comme pas assez! :o)

.

Au final, ce n'est pas un mauvais roman, l'intrigue est même très intéressante mais quand on rit davantage en lisant un polar qu'en écoutant un spectacle d'humour, il y a un problème à quelque part... non!?

.

6.5/10

Sous les vents de Neptune, Fred Vargas, Viviane Hamy, 2004, 441p.

Posté par aBeiLLe_ à 04:51 - - Commentaires [14] - Permalien [#]


Abandon...

voleurs_de_sucre4e couverture:

Fable gourmande et hédoniste, Voleurs de sucre est un éloge du glucose et de ses dérivés. Eric, un Gaspésien de 3 ans raconte l’évolution de sa dépendance au sucre et la collusion éternelle des êtres qui ne vivent que pour le plaisir. Baigné dans la douce lumière de l’enfance, le narrateur raconte comment il arrive à se procurer son doux poison. Le récit se veut un pied-de-nez aux forces policières, aux autorités médicales, aux légumes bouillis et autres contrariétés.

Ce récit fantaisiste n'a pas réussi à me convaincre de poursuivre ma lecture au-delà de la 40e page. Je n'ai pas accroché ni au style, ni à la narration. J'abandonne rarement (même jamais) la lecture d'un roman, mais là je me suis donné le droit et je crois que je vais me donner le droit d'abandonner plus souvent. Je ne me sens pas coupable du tout! Et je pense sérieusement que j'ai une trop longue PAL pour m'embêter dans des lectures qui ne me donnent pas satisfaction! Voilà, c'est dit!

Abandon p. 40

Voleurs de sucre, Eric Dupont, Marchand de feuilles, 2004, 164p.

Posté par aBeiLLe_ à 03:25 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

lundi 20 avril

Le printemps à nos portes...

026

Quelle belle surprise hier matin de voir gambader juste devant moi cette harde de caribous.

Ici à la Baie-James, le retour des caribous est annonciateur du printemps contrairement aux habitants plus au sud du Québec pour qui l'arrivée du printemps est lié au Jour de la marmotte et à la migration des outardes. Alors de les voir débarquer comme ça à l'improviste c'est très encourageant, l'hiver ne finit plus de finir et j'en ai marre! Et disons que toute cette bouette brune gâche un peu le paysage! Comme vous pouvez le constater on est loin de la belle verdure luxuriante et des jardins fleuris de nos cousins français!

Vivement le printemps!

hydrographieb

À la demande spéciale d'Aifelle une petite précision concernant la situation de mon lieu de travail sur une carte du Québec. Le point noir en bas c'est la ville de Montréal et celui plus haut c'est là que je travail, il n'y a pas de ville à proximité donc c'est difficile d'indiquer clairement l'endroit, mais c'est à peu près là! J'exerce le métier de constable sur les Chantiers d'Hydro-Québec. (Construction de Centrales et de Barrages hydroélectrique). Je travaille à la sécurité des chantiers de constructions puisque aussi loin dans les bois il n'y a pas de services publiques (policier-pompier-ambulancier) alors Hydro-Québec possède ses propres équipes pour assurer ces services. Voilà!

Posté par aBeiLLe_ à 04:26 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

samedi 18 avril

Le vieux qui lisait des romans d'amour - Luis Sepulveda

sepulveda4e couverture:

Lorsque les habitants d'El Idilio découvrent dans une pirogue le cadavre d'un homme blond assassiné, il n'hésitent pas à accuser les Indiens de meurtre. Seul Antonio José Bolivar déchiffre dans l'étrange blessure la marque d'un félin. Il a longuement vécu avec les Shuars, connaît, respecte la forêt amazonienne et a une passion pour les romans d'amour. En se lançant à la poursuite du fauve, Antonio José Bolivar nous entraîne dans un conte magique, un hymne aux hommes d'Amazonie dont la survie même est aujourd'hui menacée.

Le vieux qui lisait des romans d'amour est un roman écologique, une véritable ode à la beauté et à la luxuriance de la forêt amazonienne. À travers les yeux de ce curieux personnage qu'est Antonio José Bolivar on découvre l'impact de la colonisation des tribus primitives de ce petit bout de paradis. Par son écriture, Sepulveda passe sont message de façon fine et intelligente, et surtout pas du tout moralisatrice. Une véritable découverte!

8/10

Extraits:

" Il lisait lentement en épelant les syllabes, les murmurant à mi-voix comme s'il les dégustait, et, quand il avait maîtrisé le mot entier, il le répétait d'un trait. Puis il faisait la même chose avec la phrase complète, et c'est ainsi qu'il s'appropriait les sentiments et les idées que contenaient les pages.

Quand un passage lui plaisait particulièrement, il le répétait autant de fois qu'il l'estimait nécessaire pour découvrir combien le langage humain pouvait aussi être beau." P.35

" Antonio José Bolivar ôta son dentier, le rangea dans son mouchoir et sans cesser de maudire le gringo, responsable de la tragédie, le maire, les chercheurs d'or, tous ceux qui souillaient la virginité de son Amazonie, il coupa une grosse branche d'un coup de machette, s'y appuya, et pris la direction d'El Idilio, de sa cabane et de ses romans qui parlaient d'amour avec des mots si beaux que, parfois, ils lui faisaient oublier la barbarie des hommes." P. 120-121

Le vieux qui lisait des romans d'amour, Luis Sepulveda, Métailié, Point, 1992, 119p.

abc_abeille

Posté par aBeiLLe_ à 20:33 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

vendredi 17 avril

Petit guide pour orgueilleuse (légèrement) repentante - Annie L'Italien

annie_litalien4e couverture:

Aux yeux d'Anne, trentenaire installée dans un célibat douillet depuis déjà plusieurs années, ses copines sont le centre de l'univers – si on fait abstraction de son nombril, évidemment! Toutefois, malgré une vie bien chargée, prise en sandwich entre les séances de magasinage intensives et les nombreux 5 à 7, Anne attend que l'Homme se présente enfin. Pour l'aider à mettre le grappin sur le futur élu de son cœur, ses amies lui préparent une chasse au trésor délirante qui l'obligera à sortir de sa zone de confort pour rencontrer plusieurs spécimens du sexe opposé. Mais attention: qui va à la chasse peut perdre la face…

Il est un peu temps de vous parler de mes lectures de voyage… Ce qui me permettra de revenir un peu sur terre!!! Durant ma première journée sur la plage, j'ai lu ce court premier roman d'une auteur québécoise. Et je suis tombée sur la parfaite histoire à lire sur la plage. Surtout que la majeure partie de la chasse au trésor que doit faire l'héroïne se déroule sous les palmiers d'un Club Med. Je me sentais en terrain connu. Ce n'est pas le roman du siècle, mais je me suis bien amusée à suivre les étapes de cette aventure. C'est un roman plutôt rigolo et plein de romantisme. Une histoire aussi rafraîchissante qu'un Pina Colada sous le soleil!

7/10

Petit guide pour orgueilleuse (légèrement) repentante, Annie L'Italien, Québec Amérique (Québec-Loisirs), 2008, 182p.

Posté par aBeiLLe_ à 00:37 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

dimanche 12 avril

Joyeuses Pâques!

 

Posté par aBeiLLe_ à 11:36 - - Commentaires [7] - Permalien [#]