ballade_baby

"L'enfance est le cadeau le plus précieux qu'on vous retire."

4e couverture:

C'est l'histoire de Baby, une môme des villes qui grandit trop vite et comme elle peut dans un environnement hostile et solitaire. Il y a bien Jules, son père intermittent, trop gamin pour lui assurer la stabilité d'un foyer et trop junky pour la protéger des dangers du dehors. À chaque rechute, il déménagent, d'hôtels borgnes en appartements miteux, dans les quartiers les plus sombres de Montréal. Alors, quand la lumière s'éteint, Baby essaie de s'inventer. Mais c'est dur dans la rue d'éviter les pièges pour une gamine de douze ans parce que "les autres essaient sans cesse de vous arracher à l'enfance à coups de pied". Volontaire et résistante, Baby ne veut surtout pas passer de l'autre côté, pourtant, en toute innocence, elle va se laisser aspirer vers des expériences de plus en plus extrêmes. La Ballade de Baby est une méditation sensible sur le royaume de l'enfance, le pouvoir de l'esprit et la part de liberté que chacun porte en soi.

Ce roman, en partie autobiographique, raconte le sort de trop d'enfants vivant dans les quartiers défavorisés de Montréal vu par les yeux de Baby, une jeune fille de 12 ans. Malgré toute la misère du monde qui l'entoure, elle garde son innocence et sa candeur d'enfant et surtout, elle garde espoir d'une vie meilleure. C'est un roman glauque, noir et très sale. On y côtoie des personnages miséreux, au bord de la déchéance. J'ai beaucoup, beaucoup aimé ce roman. C'est difficile, déchirant même, de voir la pauvre Baby courir tête baissée dans ce monde hostile, à la recherche de miettes d'amour et d'un peu de tendresse. Un tout petit bémol, la traduction "à la française" m'a un peu dérangé puisque c'est un roman québécois (écrit en anglais) se déroulant à Montréal. J'ai eu l'impression que l'histoire perdait un peu de sa magie puisque Montréal fait partie intégrante de l'histoire. À la limite un français plus international aurait été mieux approprié. Mais tout de même, j'ai vraiment apprécié cette ballade avec Baby. Un premier roman magnifique pour Heather O'Neill. À lire!

9.5/10

..

Extraits:

.

"Soudain, je me suis rendu compte que je voulais que tout redevienne comme quand j'était petite. Une môme ne sait pas qu'elle habite un appartement merdique. Pour elle, une chaise est une chaise, même si elle est branlante. Une fleur sauvage qui pousse entre deux pavés du trottoir, devant son immeuble, est un jardin. Elle croit que la chanson que fredonne son père ou sa mère le soir est un grand air d'opéra, le plus tragique qui soit. Lorsque vous êtes très jeune, il ne vous vient jamais à l'esprit que ce que vos parents ont à vous offrir n'est pas suffisant." p.213-214

"De toute façon, quand on n'a pas d'avenir, il paraît que le temps n'existe pas." P.220

"On ne peut pas transformer un enfant qui a des mauvais souvenirs en un enfant qui en a des bons. Un travailleur social vraiment efficace aurait été celui qui aurait pu remonter le temps et effacer les mauvais traitements que la plupart des gosses avaient subis." p. 221

.

La Ballade de Baby, Heather O'Neill, Éd. 10/18, 2008, 377p.

.

.

mini2