jeudi 14 mai

Gâtée pourrie

Swap_PAris2

Une belle surprise m'attendait dans ma boîte aux lettres au retour de mon escapade de 3 jours à Ottawa (je vous en parlerai bientôt dans un autre billet!). Un tout petit bout de papier qui me priait de me présenter au bureau de poste pour aller chercher un colis, et le seul colis que j'attendais -impatiemment, il faut le dire- c'est le Swap Paris. Et c'était bien lui qui m'attendait sagement après un long voyage outre atlantique! J'ai été gâtée pourrie par la très généreuse Soie du joli blog Soie dit en passant.

Quel plaisir de déballer un tel cadeau!

IMGP5400 IMGP5353

IMGP5355

Ne sont-ils pas merveilleusement bien emballés d'un joli papier vert brillant! Et regardez-moi toutes ces belles images de Paris! Soie s'est donnée bien du mal pour me concocter cette formidable surprise!

Vous aussi vous êtes impatients de savoir ce qui se trouve à l'intérieur de ses jolis emballages!?

IMGP5381

Aurélien de Louis Aragon, un classique que je ne connais pas du tout. La 4e de couverture est très inspirante! Trois petits pots de miel qui ont l'air délicieux et qui sentent très bon!  Un joli mug de la Tour Eiffel parfait pour déguster mon thé!

IMGP5382

Pour le plaisir de mon palais un thé qui sent et goûte divinement bon, le Thé des Amants du Palais des thés - thé noir, pommes, amande, cannelle, vanille et gingembre- Hummmm!!! Et un très bel assortiment de cartes postales de Paris.

IMGP5384

Un autre roman, un policier celui-là, Le carrefour des Écrasés de Claude Izner que j'avais remarqué en librairie. Aussi, une version abrégée (quelle bonne idée!) du roman Les Misérables de Victor Hugo. Je connais l'histoire puisque j'ai vu la comédie musicale mise en scène par Frédéric Dubois l'année dernière au Capitole de Québec, mais je n'ai jamais lu le roman. Et aussi deux superbes marques-page qui viendront garnir ma collection!

IMGP5386

Et non, ce n'est pas encore terminé! Une boîte pleine de gâteries, des petits coeurs en chocolat noir et au lait fourrés praline et ganache. Vraiment mortel ce truc! Trop bon!!! Un joli calendrier d'images noir et blanc de Robert Doisneau. Dommage qu'on soit déjà en mai, les images des mois précédents sont magnifiques! :o) Soie a aussi ajouté tout plein de belle cartes de Paris. Les photos sont superbes! Et avez vous remarqué les petites pinces en forme d'abeilles. Trop cute!

IMGP5378

J'ai dû user de stratégie pour réussir à tout entrer dans la même photo!

Franchement, c'est presque indécent combien j'ai été gâtée! Merci Soie, du fond du coeur! Tu m'as vraiment fait plaisir. J'aime beaucoup, beaucoup mon cadeau! :o)

Et un merci tout spécial à Loula la formidable organisatrice de ce Swap Paris!

IMGP5388

La tentation était trop forte, j'ai goûté le thé et les chocolats... aussitôt le colis déballé! Miam!!!

Posté par aBeiLLe_ à 00:30 - - Permalien [#]


dimanche 10 mai

Trouvailles...

C'était hier qu'avait lieu la biblio-vente annuelle des bibliothèques de ma région. Plus de 80 000 livres neufs ou usagés à seulement 2.50$ le kilo. Presque donnés! À l'ouverture des portes, à 9h, il y avait une file de plus de 1000 personnes qui attendaient pour mettre la mains sur ces livres. Et qu'on vienne dire après ça que les québécois ne lisent pas! À 10h, plus de 2000 personnes avaient franchi les portes de cette caverne d'Ali Baba! Et à voir toutes ces belles piles de livres que les gens rapportaient à la maison, ça m'a fait sourire. Que de belles heures de lecture en perspective!

Et moi dans tout ça!?

Non, je n'ai pas été raisonnable du tout! Plein de jolis bouquins pour remplir mes étagères déjà passablement fournies. Mais, c'est pour une bonne cause quand même! Les profits de cette vente serviront à l'achat de nouveaux livres pour les bibliothèques de la région. Des beaux livres neufs, Yeah! Et ce qui ne sera pas vendu sera remis à des organismes de charité oeuvrant dans la région et au Burkina Faso. Quel beau geste n'est-ce pas!

Voici mes nouveaux petits trésors.

IMGP5072

Auster Paul - Le Voyage d'Anna Blume       

Auster Paul - Tombouctou   

Baricco Alessandro - Novecento: pianiste   

Binchy Maeve - Danse d'une nuit d'été    

Chabot Vincent - Le Maître de Chichen Itza         

Cunningham Michael - De chair et de sang

Cunningham Michael - Les heures   

Cunningham Michael - Le livre des jours    

De Rosnay Tatiana - Le coeur d'une autre 

Djian Philippe  - 37'2 le matin       

Flagg Fannie - Fried Green Tomatoes at the Whistle Stop Café   

Forster E.M. - Route des Indes      

Gavalda Anna - La consolante       

Hepinstall Kathy - Un été sans miel

Hollinghurst Alan - La ligne de beauté 

Hosseini Khaled - Mille soleils splendides      

Hustvedt Siri - What I loved

Huston Nancy - Lignes de faille      

Kingsolver Barbara - Les yeux dans les arbres      

Labro Philippe - Manuella      

Letts Billie - Where the Heart Is      

MacDonald Ann-Marie - Un parfum de cèdre       

Mankell Henning - Profondeurs       

McEwan Ian - Sur la plage de Chesil         

Meyer Deon - L'âme du chasseur   

Niffenegger Audrey - Le temps n'est rien   

Noël Francine - La femme de ma vie         

Pennac Daniel - Chagrin d'école      

Rompré-Deschênes Sandra - La maison mémoire 

Schlink Bernhard - Le liseur 

See Lisa - Fleur de Neige    

Sepulveda Luis - Le monde du bout du monde      

Soucy Gaétan - La petite fille qui aimait trop les allumettes      

Tremblay Michel - Un ange cornu avec des ailes de tôle

Watson Larry - Montana 1948

Des merveilleuses trouvailles, que du neuf ou à l'état neuf! J'ai déjà hâte à l'année prochaine!

Posté par aBeiLLe_ à 13:59 - - Permalien [#]

C'est à ton tour...

fillette

Bonne Fête des Mères à toutes les mamans!

Prenez la journée pour vous gâter!

Posté par aBeiLLe_ à 11:25 - - Permalien [#]

mercredi 06 mai

La route des petits matins - Gilles Jobidon

jobidon4e couverture:

La route des petits matins s’inspire du parcours initiatique d’un réfugié de culture sino-vietnamienne après la chute de Saigon. Entre autres personnages, on y trouve maître Wou, un maître de thé dont les enseignements sont illustrés de proverbes et de dictons qui puisent à une sagesse immémoriale très inspirante pour notre époque agitée.

Tout au long du récit, le narrateur conserve pour le héros et sa culture une pudeur chargée de tendresse amoureuse. Le texte, empreint d’émotion et de poésie, utilise des tournures qui s’apparentent à la structure fleurie des langues asiatiques et donnent aux phrases une musicalité envoûtante.

Écrite comme une longue lettre d’amour, La route des petits matins salue le courage, la solidarité, la détermination et la faculté d’adaptation des réfugiés, d’abord pour fuir leur pays, puis pour s’intégrer à une culture et à un climat diamétralement opposés à ce qu’il ont auparavant connu.

Ce court roman poétique est un long hymne d’amour et de respect de l’auteur-narrateur pour ce jeune exilé sino-vietnamien qui a tout quitté dans l’espoir d’une vie meilleure. Jobidon nous raconte en toute pudeur cette fuite vers Fleedom (freedom), la liberté, l’Eldorado. La longue et difficile préparation à ce dangereux périple, un parcours semé d’embûches, qui ne sera pas de tout repos. Jobidon a construit son récit comme un long poème dont on déguste chaque ligne, une œuvre lyrique dans un style tout en retenue. Un seul petit point négatif, l’utilisation de la 2e personne du singulier, j’ai eu un peu de difficulté à m’y faire au début, mais la poésie a fait son œuvre et j’ai été conquise! Une mention spéciale à la couverture de ce roman tellement à-propos, le héron prenant son envol, magnifique!

Un roman dont on aurait envie de souligner tous les passages!

9.5/10

Extraits:

« Dans la salle de bal déchue, assis sur un coussin de chintz, avide, tu dégustes ce que le maître te sert : la calligraphie chinoise que vous appelez l’écriture, l’anglais, le mandarin, délaissé depuis l’école. Un thé neuf pour chaque dimanche. Tu en pratiques les langueurs fruitées, les arômes subtils de bois, de fleurs, d’amandes. En toi, le temps s’infuse dans le chant du thé : cette prière, cette révolte de l’eau qui transmet aux feuilles éclatées la mémoire de leur vie dans le ciel flou, les pieds au plus profond de la terre.

Le maître dose ses paroles comme ses silences. Il sait répondre lorsqu’il le faut, se taire quand les questions méritent la réponse dont la vie seule connaît la réponse. […] Entre deux lampées d’ambre clair, tu bois ses paroles, goûtes ses silences de cristal. » p. 34

« Un nuage, tout rond, abrille la lune pâle qui traîne au lit, boulevard du ciel. » p. 89

« Un soleil enrhumé. Dans la brume qui s’efface, les mouches à feu font leur ballet d’étoiles. À l’ourlet de leurs jupes vertes, les arbres sacrés tracent la ligne du vent. Le jour grimpe. Les grillons, les grenouilles, les oiseaux, les singes fous choralent l’air du matin dans un long crescendo de lumière. Le soleil plane, effleure à peine la face mauve de l’eau qui s’exhale en fumerolles anémique. Gavées de moustiques, les buses rousses se mirent en plein vol au miroir calme de l’eau que parcourent de légers frissons. » p. 92

La route des petits matins, Gilles Jobidon, vlb éditeur, 2003, 137p.

.

Katell m'a donné envie de lire ce roman. Merci!

.

abc_abeille

Posté par aBeiLLe_ à 07:05 - - Permalien [#]

mardi 05 mai

Mal de pierres - Milena Agus

mal_de_pierres4e couverture:

Au centre, l’héroïne, jeune sarde étrange « aux longs cheveux noirs et aux yeux immenses ». Toujours en décalage, toujours à contretemps, toujours à côté de sa propre vie… À l’arrière-plan, les personnages secondaires, peints avec une touche d’une extraordinaire finesse : le mari, épousé par raison pendant la Seconde Guerre, sensuel taciturne ; le Rescapé, à l’empreinte indélébile ; enfin, la petite-fille, narratrice de cette histoire, la seule qui permettra à l’héroïne de se révéler dans sa vérité. Mais sait-on jamais tout de quelqu’un, aussi proche soit-il…

.

J’aime beaucoup écouter des livres audio, c’est mon petit plaisir lors de mes trop longs trajets solitaires en voiture. J’ai une nette préférence pour les courts récits, qui peuvent s’écouter en un seul et même trajet. Je suis donc très bien tombé avec ce magnifique roman de Milena Agus, une histoire sobre et mélancolique. Je crois que la voix et la façon de raconter l’histoire y est pour beaucoup. Je lève mon chapeau à Sandrine Willems qui donne vie à ce roman, elle en fait une lecture très agréable. Une belle découverte à se procurer chez Audiolib. Ils ont une très belle collection et de plus en plus de choix!

8/10

.

Mal de pierres, Milena Agus, lu par Sandrine Willems, Éditions Liana Levi, Audiolib, 2008, Durée 2h50

Posté par aBeiLLe_ à 10:02 - - Permalien [#]

lundi 04 mai

Maliki Tome 1 : Broie la vie en rose - Maliki

Maliki_T1

Maliki, c’est avant tout un Webcomic, publié tous les mardis sur www.maliki.com. L’album Maliki Broie la vie en rose est un condensé de ses meilleurs strips. C’est une succession de petits instantanés du quotidien de Maliki, auteur de BD et de ces deux mignons chats Fleya et Fëanor. Ses drôles de réflexions sur la vie, et ses souvenirs d’enfances rigolos, les moments cocasses, et les péripéties incroyables qui lui arrivent en font une BD remplie d’humour. Les dessins sont très colorés, le trait façon Manga, très joli. J’ai beaucoup, beaucoup aimé cette BD. À conseiller à toutes les «vraies» filles et adolescente, vous allez adorer!

.

.

.

Un petit extrait:

malikibd2

.

Maliki Tome 1: Broie la vie en rose, Maliki, Ankama Éditions, 2007, 159p.

Posté par aBeiLLe_ à 21:16 - - Permalien [#]

Passage du gué - Jean-Philippe Blondel

Passage_du_gu_4e couverture:

Myriam et Thomas. Pour Fred, les revoir aujourd'hui, c'est une joie violente qui prend à la gorge, bouscule et donne une force inattendue.

Il y a vingt ans, Fred a choisi de traverser, à leurs côtés, une épreuve qui n'était pas sienne. Pour leur éviter la noyade, il s'est tenu là, attentif, disponible, sans rien attendre. Avec tendresse et fermeté, il a tenu leurs têtes hors de l'eau. Une fois la tempête éloignée, il s'est effacé. Myriam, Thomas et Fred. S'ils ont survécu, c'est que le pari le plus insensé peut être tenu. C'est que la vie peut tout donner après avoir tout retiré.

Je trouve extremement ardu de donner mon impression sur ce livre. Je ne sais pas trop si j'ai aimé ou détesté cette lecture. Je me suis sentie mal à l'aise dans plusieurs passages, j'avais la drôle impression d'être une voyeuse. Je me suis sentie le personnage de trop dans ce roman à trois voix. Je me sentais peut-être un peu trop impliquée, ayant vécu un événement semblable dans mon entourage. Mais par contre, je ne mets pas en cause le talent indéniable de l'auteur. J'ai beaucoup aimé la manière qu'il a mené son récit. Mais le sujet, pas pour moi...

6.5/10

Passage du gué, Jean-Philippe Blondel, Robert Laffont, Pocket, 2006, 306p.

.

abc_abeille

Posté par aBeiLLe_ à 14:38 - - Permalien [#]

dimanche 03 mai

Le Prince des Marées - Pat Conroy

pat_conroy

coeur_059 coeur_059coeur_059

« L’histoire de ma famille était une histoire d’eau salée, de bateaux et de crevettes, de larmes et de tempêtes. »

.

4e couverture:

Tom, Luke et Savannah ont grandi au paradis, dans le sud faulknérien, sur la petite île de Melrose où leur père pêchait et leur mère régnait par sa beauté. Comment survivre à tant de bonheur et de poésie ? Leur enfance éblouie et perdue préfigure les drames inévitables de l'âge adulte. Parce qu'ils refusent de mûrir, de vieillir, leurs rêves d'art, d'exploits, de justice vont se heurter à la brutalité du monde réel. La géniale et tragique Savannah et ses frères affrontent l'amour, la solitude et la peur de vivre avec une ironie désespérée. De leurs blessures inguérissables naissent des fous rires sans fin et une immense tendresse.

Entre l'émotion et la vivifiante intelligence, "Le Prince des Marées" est un de ces livres magiques qui peuvent vous briser le coeur, un de ceux que l'on n'oublie jamais.

Vous est-il déjà arrivé d’étirer la lecture d’un roman parce que vous craignez le moment où il sera terminé, où vous auriez tourné la dernière page? C’est ce qui m’est arrivé avec ce magnifique roman de Pat Conroy. J’ai été profondément émue par cette histoire familiale. L’odeur des crevettes, les embruns salés des marécages m’ont accompagné tout au long de ma lecture. Je me suis rarement autant attachée à un personnage qu’à ce Tom Wingo de Colleton, Caroline du Sud. Cet homme brisé, écorché, souffrant, mais qui garde espoir malgré tout, j’aurais eu envie de lui posé sa tête sur mes genoux et de lui caresser les cheveux. Il y a aussi beaucoup de tendresse, d’humour et de dérision dans cette histoire. Pat Conroy, délicatement et sans prétention, nous offre une œuvre magistrale, toute en finesse et sensibilité. Un roman tout simplement inoubliable.

.

10/10

Extraits:

« De ses erreurs passés, elle avait tiré et codifié une éthique naturelle : l’amour n’était pas la demoiselle d’honneur obligée du désespoir; l’amour n’impliquait pas la souffrance. Forte de se savoir, elle était revenue tranquillement à la vie qu’elle avait abandonnée. Chaque fois que mon père nous battait, ma mère disait : « C’est seulement parce qu’il vous aime qu’il a frappé. » Chaque fois qu’elle-même nous tapait avec sa brosse à cheveux, son manche à balai ou ses mains nues, elle le faisait au nom et sous le signe de l’amour. […] Mais ma grand-mère rapporta de ses lointains voyages une doctrine révolutionnaire : L’amour ignore les larmes; il ignore les poings. L’amour ne laisse pas de bleus, il ne fait pas saigner. Au début, nous nous dérobâmes tous les trois lorsqu’elle voulut nous serrer dans ses bras, nous prendre sur ses genoux. Tolitha caressa nos visages, nos cheveux. Elle nous embrassa jusqu’à nous faire ronronner comme des chatons. Elle chantait nos louanges par des refrains de son invention. Elle nous disait que nous étions beaux. Elle nous disait que nous étions extraordinaire et que nous accomplirions de grandes choses. » p.201-202

.

« Je vécus mon enfance persuadé qu’un jour mon père me tuerait. Mais je vivais dans un monde où l’on n’expliquait rien aux enfants, sauf la suprématie du concept de loyauté. J’appris de ma mère que la loyauté était la façon de faire bonne figure quand on fondait toute sa vie sur une accumulation de mensonges insignes. » p.208

.

« Ce que je sais de l’amour humain, je le tiens d’abord de mes parents; chez eux, l’amour était privation et dessèchement. Mon enfance fut placée sous le sceau du danger, du désordre et des menues mises en garde. » p.372

.

Le Prince des Marées, Pat Conroy, Presses de la Renaissance (France-Loisirs), 1988, 851p.

.

abc_abeille

Posté par aBeiLLe_ à 01:30 - - Permalien [#]

samedi 02 mai

Swap Arc-en-ciel!

arc_en_ciel

Encore une tentation de la blogosphère! C'est la saison des swaps ma parole! En plus de participer au Swap Paris de Loula, j'ai décidé de participer au Swap Arc en Ciel  organisé par Ankya et Hydromielle. Un swap coloré qui me permettra de faire la rencontre d'autres blogueuses littéraires! Que de plaisirs! ;o)

Posté par aBeiLLe_ à 11:33 - - Permalien [#]