Les_grands_m_res4e couverture:

Un été au bord de la mer. Deux familles apparemment sans histoires se prélassent au soleil : Roz et Lil, deux femmes mûres mais encore belles, leurs fils, deux hommes séduisants dans la force de l'âge, et leurs charmantes petites-filles tout occupées à leurs jeux d'enfants. Depuis toujours Roz et Lil sont aussi inséparables que des sœurs jumelles, et l'affection qu'elles se portent s'est doublée peu à peu d'un amour pour le moins trouble de chacune pour le fils de l'autre. Ce jour-la les règles du jeu vont changer. Mais qui a vraiment les cartes en main.

A 86 ans, Doris Lessing signe un texte sulfureux et dérangeant sur des amours scandaleuses. Roman du non-dit et de la dissimulation, Les Grand-mères fait résonner haut et fort la plume de la grande dame des lettres anglaises.

J'ai eu envie de découvrir cette auteure suite à son Prix Nobel de littérature en 2007. J'ai pioché au hasard ce petit roman à la biblio et j'ai été déçu de ma première rencontre avec cette grande dame de la littérature anglaise. J'ai trouvé l'histoire un peu futile, un style d'écriture très trop simple. Les personnages sont peu attachants, j'aurais aimé les connaître un peu mieux et comprendre mieux les raison qui les poussent à faire certains choix. L'ensemble est un peu froid. Un roman qui laisse un goût d'inachevé.


4/10

Les Grands-mères, Doris Lessing, Flammarion, 2005, 127 p.

bee_ruche2