Le_guerisseur4e couverture:objectif_PAL

À Port Dundas, petite commune somnolente du Canada, Hazel Micallef, chef de police (par intérim) depuis plusieurs années déjà, 61 ans, divorcée, tourmentée par des maux de dos épouvantables, essaie vainement de noyer sa douleur dans les anti-inflammatoires et le whisky.

Un jour semblable à tous les autres, un drame effroyable vient ébranler la quiétude de cette ville endormie. Une de ses habitantes est retrouvée sauvagement assassinée. La victime est une femme de 81 ans, atteinte d’un cancer en phase terminale. Son corps est découvert à son domicile, la gorge tranchée, exsangue et la bouche tordue en un affreux rictus.

Jamais on n’a vu telle abomination dans la région. Mais deux jours plus tard, une affaire étrangement similaire est recensée à quelques centaines de kilomètres de là. Peu à peu, les cas se multiplient et Hazel se retrouve lancée à la poursuite d’un tueur en série bien particulier qui sillonne le pays d’ouest en est, mû par une macabre mission…

Je dois dire d’entrée de jeu que ce roman ne révolutionne pas le genre. La recette utilisée à été mainte et mainte fois exploitée, mais je dois avouer que pour moi, cette fois-ci, ça a quand même bien fonctionné! Dans Le Guérisseur, à la différence des autres romans policiers, l’inspecteur principal est une femme, ce qui est déjà vraiment bien! Elle est alcoolo, aigrie, n’en fait qu’à sa tête, mais malgré tout, on s’attache à elle. Elle est exactement le genre de chef de police qui me plait (dans les romans, on s’entend!)!

Je me suis laissé prendre par l’intrigue même si à mon avis il y a quelques faiblesses au niveau de la trame des événements et de la résolution de l’enquête. Les éléments de preuve semblent tomber du ciel et l’élucidation des crimes, les motifs du tueur semble être des évidences pour les policiers, ils n’ont pas à chercher trop, trop… J’ai aussi une petite retenue sur l’utilisation intermittent entre les noms ou prénoms des personnages, ça devient vraiment mêlant! Surtout quand, comme ici, il y a plusieurs personnages, tous policiers ou inspecteurs! Un dénommé James Wingate peut être nommé Wingate, James et même Jim dans la même page! On s’en sort pas! Il a fallu que je note tous les noms/prénoms sur une feuille à côté! :o\

Mais malgré ces quelques défauts, un bon moment de lecture!

7/10

.

Un gros merci à Blog_o_Book et aux Éditions logo_fleuve_noir

.

.

.

Le Guérisseur, Inger Ash Wolfe, Fleuve Noir, 2009, 346p.

.

bee14