Sadie_Jones4e couverture:

Dans cette petite ville du Surrey, au sud de Londres, pendant les années cinquante, tout le monde va à l’église, joue au tennis et fête Noël dans l’insouciance et l’alcool; les jobs s’obtiennent au cours de conversations de quelques minutes au coin du feu, et les jardiniers sont aux petits soins pour les massifs de fleurs des riches demeures victoriennes.

Mais cette façade hypocrite et fragile se fissure à partir du jour où le petit Lewis Aldridge, âgé d’une dizaine d’années, assiste, impuissant et terrifié, à la noyade de sa maman adorée, libre d’esprit et anticonformiste. Privé du réconfort d’un père à peine revenu de la guerre, homme froid, autoritaire et accablé par le veuvage, Lewis se rétracte dans la douleur et sombre peu à peu dans le doute, la solitude, l’automutilation, puis la délinquance…

En 1957, quand il sort de prison où il vient de passer deux ans pour avoir incendié l’église de Waterford, il n’a que dix-neuf ans… Son retour chez son père, remarié et peu pressé de revoir son fils, fera non seulement exploser sa famille, mais une communauté tout entière…

J’ai de la difficulté à écrire ce billet comme j’ai eu de la difficulté à lire ce roman… Bon, j’avoue que les saisons 1 et 2 de Doctor Who y sont pour quelque chose… Je préférais de loin écouter 2-3 épisodes au lieu de lire, dans ce temps-là, la lecture n’avance pas vite…

J’ai beaucoup aimé l’écriture de Sadie Jones, l’histoire est intéressante, le personnage de Lewis est attachant, bouleversant mais j‘ai trouvé qu’il y avait beaucoup de longueurs. J’aurais supprimé au moins 100 pages au roman. Un billet bref pour un avis mitigé…

7/10

.

Les avis plus exhaustifs d'Amanda, mitigée elle aussi et de Fashion qui a eu un coup de coeur pour ce roman.

.

Le Proscrit, Sadie Jones, Buchet/Chastel, 2009, 377p.

.

beemauve