la_vie_en_grosseD_fi_La_plume_quebecoise4e couverture:

À première vue, Daphnée-Rose Gauthier est une fille comme bien d’autres : célibataire (presque) assumée, elle partage son temps entre son boulot de photographe et ses nombreux amis. Pourtant, ses rondeurs (assumées) font d’elle une héroïne plutôt inhabituelle si l’on pense aux canons de la beauté qui régissent notre univers!

Qu’il s’agisse d’un entraînement au gym, de ses innombrables diètes, d’une expédition à la plage, d’un voyage en avion, d’une simple sortie dans un bar avec ses copines ou de son incursion dans les réseaux de rencontres, Rose a le don de se retrouver dans les situations les plus cocasse.

Avec un humour rafraîchissant, parfois décapant, elle nous raconte ses aventures quotidiennes, ses joies et ses peines, à travers ses propres diktats : ceux d’une femme bien en chair, qui embrasse la vie à pleines lèvres!

Mais ne vous y trompez surtout pas! Grosse ou petite, vous vous reconnaîtrez dans les réflexions de Rose sur l’amour, le couple, l’amitié. Impossible de résister à cette sympathique grassouillette qui balaie du revers de la main le jugement des autres et qui n’a pas peur du ridicule.

Pour les rondeurs assumées on repassera! Ce n’est pas parce qu’on fait des jokes de grosses qu’on assume ses rondeurs… Une femme qui décide de faire DES régimes draconiens (pilules miracles, régime protéinés, Weight Watchers et cie…) dans mon livre à moi, ce n’est pas une ronde qui s’assume… Ce roman est bourré de clichés sur les grosses. L’humour n’est pas toujours très délicat, j’ai trouvé lourd cet humour sur les grosses, souligné à gros traits et pas subtil pour dix sous… Parfois c’était pénible. Par contre, j’ai trouvé l’héroïne pétillante et attachante! Mais malgré tout, j’ai eu du plaisir à lire ce roman, l’écriture ne gagnera pas des prix, mais j’y ai trouvé quelques bons punch. Dans ce genre, j’ai mille fois préféré Le prochain truc sur ma liste de Jill Smolinski.

6.5/10

.

.

La vie en grosse, Mélissa Perron, Éditions de Mortagne, 2009, 174p.

.

.

beerose