vendredi 24 août

Si c'était à refaire - Marc Levy

levyPrésentation de l'éditeur:

Andrew Stilman, grand reporter au New York Times, vient de se marier. Le 9 juillet 2012 au matin, il court le long de l’Hudson River quand il est soudainement agressé. Une douleur fulgurante lui transperce le dos, il s’effondre dans une mare de sang. Andrew reprend connaissance le 7 mai 2012... Deux mois plus tôt, deux mois avant son mariage. À compter de cette minute, il a soixante jours pour découvrir son assassin, soixante jours pour déjouer le destin. De New York à Buenos Aires, il est précipité dans un engrenage vertigineux. Une course contre la montre, entre suspense et passion, jusqu’au dénouement… à couper le souffle.

 

Je vous l'ai déjà dit ici, j'adore les livres audio, particulièrement ceux des Éditions Audiolib. Leur collection est tout simplement extra! Alors, quand on m'a proposé de recevoir le dernier Levy en échange d'un billet sur mon blog, je n'ai pas hésité un seul instant!

De plus, je n'ai JAMAIS lu Levy. Étant curieuse de nature, j'ai eu envie de voir par moi-même ce qui fait tant jaser! Je ne suis pas du genre à honnir un auteur parce que "populaire". Je lis, j'aime ou j'aime pas, point. Que l'auteur soit populaire, riche, prolifique, je m'en fout un peu - beaucoup. 

Et là, j'ai bien aimé! Tout les préjugés que j'ai pu entendre sur cet auteur... pfuiii, je vois pas pourquoi on en fait tout un plat. Oui, ce n'est pas de la "grande" littérature (je ne crois pas que ce soit le but de M. Levy) mais c'est divertissant.Et moi, quand je lis un roman, l'important c'est que j'ai du plaisir!

J'ai trouvé l'histoire assez bien menée. J'ai beaucoup aimé le côté historique du roman, j'ai découvert un pan du régime Argentin pendant la guerre civile dans les années 70 que je ne connaissais pas. Ça m'a donné envie d'aller plus loin dans la découverte de ce pays fascinant. 

Andrew est un personnage intéressant, ni tout noir, ni tout blanc. Il m'a rappelé les personnages de Nick Hornby, un type un peu paumé, qui se prend un peu pour le nombril du monde. Pas du tout le personnage plat et sans relief que je m'attendais à découvrir! Bon point!

De plus, c'est un roman qui se lit parfaitement en "audio". À aucun moment je n'ai perdu le fil de l'histoire. C'est peut-être dû à l'envoûtante voix de Michelangelo Marchese. ;o)

Je retenterai bien Levy! Ça tombe bien, j'ai Les enfants de la liberté sur ma PAL (en audio en plus!)

7.5/10

 

Si c'était à refaire, Marc Levy, Lu par Michelangelo Marchese, Audiolib, 2012

 

beeverte

 

 

Posté par aBeiLLe_ à 01:41 - - Commentaires [3] - Permalien [#]