samedi 21 février

Le livre de Dina T1: Les limons vides - Herbjorg Wassmo

wassmo4e couverture:

« Figé dans un linceul de glace, à l’extrême pointe de la Norvège, le Nordland est un pays de fin du monde. […] Là-bas, se déchaîne une furie, une femme, Dina, que la mort suit comme son ombre. Enfant, Dina est frappé par le destin, par la main de Dieu ou par celle du diable. Ou par les trois. Elle tue sa mère. Maudite par son entourage, abandonnée à elle-même, elle grandit, sauvage et, surtout, libre. Dès lors, Dina, arrogante, farouche, ira, seule, sur un long chemin de hargne. […] Le livre de Dina est un long requiem, un chant de douleur et de violence, de folle passion et d’insondable solitude. Ici, l’amour est une danse effrénée et voluptueuse, une torture, une mise à mort. Herbjorg Wassmo dirige son tumultueux personnage d’une plume rapide, sensuelle, vertigineuse. Elle dompte les mots, les images, les sens, tout comme sa Dina asservit son étalon ou ses amants, assouvit sa rage de vivre. Sans palabres. »

Martine Laval, Télérama

En état de choc après la mort de sa mère, état qui va durer plusieurs années, voire toute sa vie, Dina devient une enfant sauvage et indomptable. Pour se débarrasser de sa jeune fille difficile, son père la donne en mariage, à seize ans, à un homme deux fois plus âgé. On découvre alors en elle une femme perverse et sexuelle.

J’ai un avis plutôt mitigé sur ce premier tome de la trilogie Le livre de Dina. Ce n’est pas nécessairement que je n’ai pas aimé, mais j’ai trouvé l’histoire très bizarre. J’ai éprouvé un certain malaise devant plusieurs passages du roman. Je me sentais un peu comme un voyeur qui regarde par le trou d’une serrure et qui voit des choses qu’il ne devrait pas voir… Par contre, j’ai bien aimé la belle écriture de Herbjorg Wassmo, ses descriptions des paysages de la Norvège des années 1840 font rêver. Je lirai probablement les deux tomes suivants, car malgré tout l’auteur a su piquer ma curiosité.

7/10

Extrait :

« Brusquement il sentit sa bouche sur la sienne. Ses bras s’agrippaient à lui comme des branches de saule pleines de sève printanière. Son parfum était si fort qu’il ferma les yeux. » p.29

Herbjorg Wassmo, née en Norvège en 1942, vit à Hihnöy, une petite île située au nord du Cercle polaire. Très populaire dans les pays scandinaves, cette ancienne institutrice férue de poésie se consacre à la littérature depuis vingt ans. Après la trilogie de « Tora » ( La Véranda aveugle, La Chambre silencieuse, Ciel cruel), elle connaît un grand succès avec la trilogie « Le livre de Dina » (Les Limons vides, Les Vivants aussi, Mon bien-aimé est à moi), puis Fils de la Providence, Herbjorg Wassmo achève l’épopée de la flamboyante Dina avec la trilogie « L’Héritage de Karna » (Mon péché n’appartient qu’à moi, Le Pire des silences, Les Femmes si belles). Le livre de Dina a depuis été porté à l’écran par le metteur en scène danois Ole Bornedal avec Gérard Depardieu, Maria Bonneville et Pernilla August dans les rôles principaux. Herbjorg Wassmo à également publié La Fugitive et Un verre de lait, s’il vous plaît.

Le livre de Dina T1: Les limons vides, Herbjorg Wassmo, Gaïa, 10/18, 1994, 172p.

abc_abeille

Posté par aBeiLLe_ à 06:46 - - Commentaires [4] - Permalien [#]