mardi 09 mars

Ma vie est tout à fait fascinante - Pénélope Bagieu

BagieuObjectif_PAL4e couverture:

Pénélope vit dans le plus petit appartement du monde, sous les toits, en compagnie de son chat rose, de sa collection de chaussures et de ses tracas quotidiens: sa réticence à faire du sport, sa mère envahissante, son chéri qui ne l'écoute pas… Heureusement pour elle, il reste ses copines langues de vipère, les soldes, les séries télé, la presse people et les macarons!

Vous avez envie d'une bonne partie de rigolade? Vous n'avez qu'à ouvrir cette petite BD et le tour est joué! Quel plaisir j'ai eu! Des fous rires à plus finir! Pénélope Bagieu nous offre des petits clins d'œil du quotidien mais qui ne tombent jamais dans le banal! Son héroïne est tordante, on se reconnaît dans ses réactions spontanées et ses réflexions insolentes. Jouissif! :o)

Un gros merci ma Celsmoon pour ce moment de rigolade!!!

10/10

Le blog de Pénélope Bagieu: www.penelope-jolicoeur.com

.

.

Ma vie est tout à fait fascinante, Pénélope Bagieu, Jean-Claude Gawsewitch Éditeur, Le Livre de Poche, 2008, 94p.

.

.

bee_fondrose

Posté par aBeiLLe_ à 10:28 - - Commentaires [9] - Permalien [#]


dimanche 07 mars

Dimanche poétique

Un joli poème de Théophile Gautier pour ce premier dimanche de mars qui sent le printemps!

.

.

Premier sourire du printemps

Un poème de Théophile Gautier

Tandis qu'à leurs oeuvres perverses

Les hommes courent haletants,

Mars qui rit, malgré les averses,

Prépare en secret le printemps.

Pour les petites pâquerettes,

Sournoisement lorsque tout dort,

Il repasse des collerettes

Et cisèle des boutons d'or.

Dans le verger et dans la vigne,

Il s'en va, furtif perruquier,

Avec une houppe de cygne,

Poudrer à frimas l'amandier.

La nature au lit se repose ;

Lui descend au jardin désert,

Et lace les boutons de rose

Dans leur corset de velours vert.

Tout en composant des solfèges,

Qu'aux merles il siffle à mi-voix,

Il sème aux prés les perce-neiges

Et les violettes aux bois.

Sur le cresson de la fontaine

Où le cerf boit, l'oreille au guet,

De sa main cachée il égrène

Les grelots d'argent du muguet.

Sous l'herbe, pour que tu la cueilles,

Il met la fraise au teint vermeil,

Et te tresse un chapeau de feuilles

Pour te garantir du soleil.

Puis, lorsque sa besogne est faite,

Et que son règne va finir,

Au seuil d'avril tournant la tête,

Il dit : " Printemps, tu peux venir ! "

.

.

.

.

N'oubliez pas d'aller voir quel poème Celsmoon a choisi de vous présenter aujourd'hui!

.

.

pring_tulips

Posté par aBeiLLe_ à 08:33 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

samedi 06 mars

Toute la vérité... Les réponses!

beehonest

Voici enfin arrivé de moment de révéler le resultat au tag des vérités! Alors, qui aura trouvé le mensonge parmis ces 7 affirmations?!

.

1- J'adore faire du camping sauvage. FAUX!!! Je suis une fille de nature et de plein air mais le camping sauvage, pas capable! J'ai beaucoup d'allergies saisonnières (pollen et cie) alors pour moi dormir en pleine forêt c'est un véritable calvaire. Le nez qui mouche, les yeux qui pleurent, qui piquent, la difficulté à respirer, non merci! Une rando d'une journée et hop!, retour à la maison, ça suffit amplement à mon goût d'aventure!

2- J'ai déjà été victime d'un vol à main armée. VRAI! Quand j'étais aux études, je travaillais dans un dépanneur (supérette) et un dimanche soir de février 2001, j'ai effectivement été victime d'un vol à l'arme blanche. Une petite frousse, quelques égratignures et en prime un vaccin anti-tétanos! Le voleur a été repêché quelques heures plus tard. Le lendemain, j'étais de retour au boulot avec une bonne histoire à raconter aux clients curieux! :o)

3- Une piqure d'abeille pourrait me tuer. VRAI! Alors là je vous ai presque toutes bluffées! C'est ironique, quaisi incroyable, mais c'est tout ce qu'il y a de plus vrai! Je dois toujours avoir mon auto-injecteur d'EpiPen sur moi, par précaution. Par chance, je ne me suis jamais fait piquer! 

4- J'ai fait de la compétition au niveau nationnal. VRAI! J'ai fait du patinage artistique pendant 17 ans dont 13 ans de compétition! J'ai gagné 63 médailles et 18 trophés! J'ai accroché mes patins en 2005! (5 ans en avril! My god, c'est fou!) Ça me manque énormément!

5- Je peux parler des heures entières au téléphone.  VRAI! Ici, il y avait un piège! Mon affirmation était: Je PEUX parler des heures entières au téléphone et non J'ADORE parler des heures entières au téléphone! Je déteste effectivement parler dans ces appareils mais puisque je travaille loin loin loin de la maison, je suis toujours pendue au téléphone! Et c'est un moyen de communication très utile pour placoter avec les copines françaises! :o)

6- J'ai plusieurs tatouages. VRAI! En réalité j'en ai 3! Si ce ne serait que de moi, j'en aurais beaucoup plus! Mais mon copain n'est pas friand! Et on ne se refait pas, deux de mes tatouages sont des abeilles! ;o)

7- J'ai déjà travaillé dans une prison. VRAI! J'ai été gardienne de cellule dans un bloc cellulaires durant 2 ans! C'était un travail très spécial, mais vraiment pas fait pour moi! J'aime pas les bandits, j'aime mieux les gentils! 

.

Alors, alors... Seulement deux d'entre vous ont trouvé la bonne réponse!

La grande gagnante est Hérisson !!!! Et parce qu'elle a aussi trouvé la bonne réponse, j'offre un prix à Kikine !!!! Bravo les filles! Envoyez moi un mail avec votre adresse postale! (larucheauxlivres[at]hotmail.com)

.

themiel

Posté par aBeiLLe_ à 13:02 - - Commentaires [20] - Permalien [#]

vendredi 05 mars

Swap Sexy Men II !

Swap_Sexy_Men*

Vous vous dites sûrement "ENCORE?!" Eh oui, je participe à un autre swap même si j'en ai déjà 2 sur le feu (Swap Holmes et le Swap au long cours).

Ce swap-ci c'est LE swap à ne pas manquer! La deuxième édition du fameux Swap Sexy Men sous la direction de la sublimissime organisatrice Fashion.

Oh, en passant, il est trop tard pour participer, les inscriptions sont déjà complète. Je vous l'ai dit, c'est le swap le plus couru et le plus SEXY de l'année! ;o)

.

* Ils ne sont pas sexy tous ces gentlemen sur le logo fait par Bladelor!?

Posté par aBeiLLe_ à 14:18 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

Chagrin d'école - Daniel Pennac

Chagrin_d__coleObjectif_PALRien ne se passe comme prévu, c'est la seule chose que nous apprend le futur en devenant du passé

Dans la lignée de Comme un roman, Chagrin d’école est un livre qui concerne l’école. Non pas l’école qui change dans la société qui change, mais, «au cœur de cet incessant bouleversement, sur ce qui ne change pas, justement, sur une permanence dont je n’entends jamais parler: la douleur partagée du cancre, des parents et des professeurs, l’interaction de ces chagrins d’école». Daniel Pennac entremêle ainsi souvenirs autobiographiques et réflexions sur la pédagogie et les dysfonctionnements de l’institution scolaire, sur la douleur d’être cancre et la soif d’apprendre, sur le sentiment d’exclusion et l’amour de l’enseignement.

De Pennac, je n'avais lu que Comme un roman. Ce qui veut dire que je ne connais pas encore le "romancier" seulement l'homme, les pensées de l'homme. J'ai vu plusieurs entrevues qu'il a accordées aux médias québécois et j'ai beaucoup d'admiration pour cet homme cultivé, allumé, et intéressant. La lecture de Chagrin d'école m'a fait découvrir Pennac l'homme de cœur. Sa passion, sa sincérité, sa sensibilité, sa compassion pour ses élèves m'ont touchée. Pennac m'a permis, pour un moment, de me souvenir des profs qui ont marqué ma vie, qui ont accompagné la jeune fille que j'étais et qui m'ont donné les outils pour devenir celle que je suis…

Mais ce serait mentir de dire que j'ai été emballée par ce bouquin. À plusieurs reprises, j'ai voulu le refermer et passer à autre chose. Pas que c'est mauvais, loin de là, mais j'ai trouvé certains passage passablement ennuyeux. Je m'attendais à un roman, j'y ai découvert un essai. Un condensé de réflexion sur l'éducation, celle d'hier et celle d'aujourd'hui. Je n'avais pas envie de "ça" pour le moment. J'avais besoin d'être divertie. De plus, tous ces termes propres au système éducatif français, quelle prise de tête c'était de tout démêler! Ça beaucoup gêné la fluidité de ma lecture. Mais, je dois dire que partout à l'intérieur du livre sont semé de jolies perles de phrases, de pistes de réflexions, de jeux de mots intelligents. Donc, je suis heureuse d'avoir découvert Pennac l'homme, mais j'attends encore LA révélation de cet auteur…  On m'a conseillé les Malaussène, je tenterai!

6.5/10

*Un petit rappel, la note que j'accorde en fin de billet n'est pas donnée en fonction de la qualité du livre mais bien de mon appréciation, de mon plaisir de lecture.

Extraits:

"Votre fils, chère madame, n'en finira jamais d'être un enfant de la langue, et vous-même  un tout petit bébé, et moi un marmot ridicule, et tous autant que nous sommes menu fretin charrié par le grand fleuve jailli de la source orale des Lettres, et votre fils aimera savoir en quelle langue il nage, ce qui le porte, le désaltère et le nourrit, et se faire lui-même porteur de cette beauté, et avec quelle fierté!, il va adorer ça, faites-lui confiance, le goût de ces mots dans sa bouche, les fusées éclairantes de ces pensées dans sa tête, et découvrir les capacités prodigieuses de sa mémoire, son infinie souplesse, cette caisse de résonnance, ce volume inouï où faire chanter les plus belles phrases, sonner les idées les plus claires, il va raffoler de cette natation sublinguistique lorsqu'il aura découvert la grotte insatiable de sa mémoire, il adorera plonger dans la langue, y pêcher les textes en profondeur, et tout au long de sa vie les savoir là, constitutifs de son être, pouvoir se les réciter à l'improviste, de les dire à lui-même pour la saveur des mots. Porteur d'une tradition écrite grâce à lui redevenue orale il ira peut-être même jusqu'à les dire à quelqu'un d'autre, pour le partage, pour les jeux de séduction, ou pour faire le cuistre, c'est un risque à courir. Ce faisant il renouera avec ces temps d'avant l'écriture où la survie de la pensée dépendait de notre seule voix. Si vous me parlez régression, je vous répondrai retrouvailles! Le savoir est d'abord charnel. Ce sont nos oreilles et nos yeux qui le captent, notre bouche qui le transmet. Certes, il nous vient des livres, mais les livres sortent de nous. Ça fait du bruit, une pensée, et le goût de lire est un héritage du besoin de dire." p.159-160

"Dans le train qui me ramène de Lyon, je me dis qu'en rentrant chez moi, ce n'est pas seulement ma maison que je regagne: je retourne au cœur de mon histoire, je vais me blottir au centre de ma géographie. Quand je passe ma porte, je pénètre en un lieu où j'étais déjà moi-même bien avant ma naissance: le moindre objet, le moindre livre de ma bibliothèque, m'attestent dans ma séculaire identité…" p. 238

"En lisant je me suis physiquement installé dans un bonheur qui dure toujours." p. 100

.

.

Une lecture commune avec Bladelor, Cynthia et Christelle, n'hésitez pas à aller voir leurs avis!

.

Chagrin d'école, Daniel Pennac, Gallimard, 2007, 304p.

.

abc_bee1

Posté par aBeiLLe_ à 11:07 - - Commentaires [16] - Permalien [#]


lundi 01 mars

Toute la vérité...

beehonest

J'ai été taguée il y a un quart d'éternité, tellement longtemps en fait que je ne me rappelle même plus par qui! Mais bon, mieux vaut tard que jamais! Alors, il s'agit de trouver le mensonge parmi ces 7 affirmations:

1- J'adore faire du camping sauvage.

2- J'ai déjà été victime d'un vol à main armée.

3- Une piqure d'abeille pourrait me tuer.

4- J'ai fait de la compétition au niveau nationnal.

5- Je peux parler des heures entières au téléphone.

6- J'ai plusieurs tatouages.

7- J'ai déjà travaillé dans une prison.

.

Une petite surprise pour la première personne qui trouvera la bonne réponse!!!

.

themiel

Posté par aBeiLLe_ à 09:40 - - Commentaires [29] - Permalien [#]

dimanche 28 février

La Confusion des sentiments - Stefan Zweig

Zweig

        coup_de_coeur_abeille

4e couverture:

Au soir de sa vie, un vieux professeur se souvient de l'aventure qui, plus que les honneurs et la réussite de sa carrière, a marqué sa vie. A dix-neuf ans, il a été fasciné par la personnalité d'un de ses professeurs ; l'admiration et la recherche inconsciente d'un Père font alors naître en lui un sentiment mêlé d'idolâtrie, de soumission et d'un amour presque morbide.

Freud a salué la finesse et la vérité avec laquelle l'auteur d'Amok et du Joueur d'échecs restituait le trouble d'une passion et le malaise qu'elle engendre chez celui qui en est l'objet.

Paru en 1927, ce récit bref et profond connut un succès fulgurant, en raison de la nouveauté audacieuse du sujet. Il demeure assurément l'un des chefs-d'œuvre du grand écrivain autrichien. Challenge_Zweig_petit

Et chef d'œuvre, à mon avis, il en est un! Je n'ai jamais rien lu de tel! Une véritable révélation! Stefan Zweig est un écrivain de grand talent! La prose grandiose de cet auteur m'a charmée, m'a éblouit! Je me suis laissée emportée par ses grandes envolées lyriques. Je me suis même accordé le plaisir de lire à voix haute, simplement pour palper l'énergie et la beauté de sa verve enflammée. Je suis incapable d'en parler tellement je suis submergée d'émotions… Je ne peux que remercier Karine:) et Caro[line], sans leur enthousiasme je n'aurais jamais découvert Zweig!

10/10

.

.

La Confusion des sentiments, Stefan Zweig, Le Livre de Poche, 1980, 126p.

.

.

noirblanc2noirblanc

Posté par aBeiLLe_ à 14:25 - - Commentaires [25] - Permalien [#]

Dimanche poétique

beejapon2.

.

.

.

Une maison

Perce dans le silence

Le secret de la neige

Sôseki

.

.

.

.

Pour plus de poésie, rendez-vous chez Celsmoon!

Posté par aBeiLLe_ à 07:06 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

jeudi 25 février

La vie d'une autre - Frédérique Deghelt

La_vie_d_une_autreObjectif_PAL4e couverture:

Marie a vingt-cinq ans. Un soir de fête, coup de foudre, nuit d'amour et le lendemain... Elle se retrouve douze ans plus tard, mariée, des enfants et plus un seul souvenir de ces années perdues. Cauchemar, angoisse... Elle doit assumer sa grande famille et accepter que l'homme qu'elle a rencontré la veille vit avec elle depuis douze ans et ne se doute pas du trou de mémoire dans lequel elle a été précipitée. Pour fuir le monde médical et ses questions, elle choisit de ne rien dire et devient secrètement l'enquêtrice de la vie d'une autre. Ou plutôt de sa propre vie.

C'est avec une énergie virevoltante et un optimisme rafraîchissant que Frédérique Deghelt a composé ce roman plein de suspense sur l'amour et le temps qui passe, sur les rêves des jeunes filles confrontés au quotidien et à la force des choix qui déterminent l'existence.

Parfois, on choisi certains romans et on a soudain l’impression que ce n’est pas le bon moment pour les découvrir. C’est ce qui m’est arrivé avec La vie d’une autre. Je suis restée sceptique face à cette histoire rocambolesque d’une femme qui perd la mémoire des 12 dernières années et où personne de son entourage, excepté peut-être ses enfants, ne se rend compte des changements dans son attitude, même pas son propre mari! J’ai réellement peiné durant ma lecture, la construction du roman, la manière dont l’histoire est écrite m’a déroutée. Les longs paragraphes où on saute du coq à l’âne, les dialogues non définis où se mêlent conversations et les pensées de Marie m’ont déstabilisé, bien souvent je ne savais pas qui parlait. Tout cela a vraiment dérangé ma lecture et m’a empêché de m’imprégner complètement dans le roman. Un rendez-vous manqué…

6/10

.

.

La vie d’une autre, Frédérique Deghelt, Actes Sud, Babel, 2007, 340p.

.

.

J'ai lu ce roman à l'occasion d'une lecture commune avec Manu, Canel, Cynthia, Mango et Tiphanie.

À voir aussi, les avis de Celsmoon, Lucie et Liliba.

.

.

beemauve_

Posté par aBeiLLe_ à 08:40 - - Commentaires [26] - Permalien [#]

mercredi 24 février

Mes Premières Fois - Claire Loup

claire_loup_

Julie est jolie, intelligente et drôle. Julie vient d'avoir son bac et s'apprête à passer un été de fête, bien mérité, avec ses meilleurs amis. Julie oscille entre la légèreté et la profondeur d'interrogations propres à son âge: quelle fac, quel mec, quelle robe choisir ? Pendant cet été de transition entre la sortie de la grande adolescence et l'entrée dans l'âge adulte, Julie se remémore ses premières fois si importantes pour une fille. Elles ont tissé les premières mailles de son existence adolescente et, aujourd'hui, devant la grande inconnue de sa vie d'étudiante, où se profilent de nouvelles premières fois, elles prennent toutes leur saveur.

L'auteure a choisi d'écrire ce roman d'un été en 27 chapitres, racontant 27 premières fois fondamentales dans la vie de toute adolescente: de LA vraie première fois au 1er bad trip, de la première rupture amoureuse au premier test HIV, Julie crée une véritable empathie avec les lectrices qui se reconnaitront dans ses premières fois, passage obligé quand on devient petit à petit une femme.

Voici mon premier billet d'une série de sept sur les livres lus lors du RAT. Mes premières fois est le Read_a_thonroman qui m’a le plus plu dans cette folle journée de lecture. Pris au hasard à la bibliothèque, c’est la très jolie couverture qui a attiré mon œil. C’est un roman jeunesse vraiment fort intéressant, j’ai eu beaucoup de plaisir à le lire. C’est une lecture facile certes, mais non dénuée d’intérêt. J’aime beaucoup les narrations qui alternent passé et présent, j’aime voir les deux côté, l’évolution des personnages et dans cette histoire-ci, cette façon de faire fonctionne très bien. Claire Loup signe un premier roman frais et pétillant où les adolescentes se reconnaitront surement.

8/10

Extrait (où on ne se reconnaît pas du tout…) :

"J’ai farfouillé pendant plus d’une heure dans la librairie et j’en suis repartie les bras chargés d’une dizaine de volumes que je ne lirai jamais faute de temps. De toute façon, c’est toujours le même piège : je vais dans une librairie pour acheter un livre et j’en ressors avec cinq ou six pas du tout prévus dans mes achats de base; du coup, je les entasse dans ma bibliothèque et la pile de bouquins jamais ouverts augmente un peu plus à chaque retour de librairie…"

.

Mes Premières Fois, Claire Loup, Plon Jeunesse, 2008, 248p.

.

.

Clarabel aussi l'a lu!

.

.

bee4fleurs

Posté par aBeiLLe_ à 17:36 - - Commentaires [10] - Permalien [#]