dimanche 18 avril

Dimanche poétique

.

Fleur fatale

Un poème d'Emile Verhaeren

L’absurdité grandit comme une fleur fatale

Dans le terreau des sens, des cœurs et des cerveaux;

En vain tonnent, là-bas, les prodiges nouveaux;

Nous, nous restons croupir dans la raison natale.

Je veux marcher vers la folie et ses soleils,

Ses blancs soleils de lune au grand midi, bizarres,

Et ses échos lointains, mordus de tintamarres

Et d’aboiements et pleins de chiens vermeils.

Îles en fleurs, sur un lac de neige; nuage

Où nichent des oiseaux sous les plumes du vent;

Grottes de soir, avec un crapaud d’or devant,

Et qui ne bouge et mange un coin du paysage.

Becs de hérons, énormément ouverts pour rien,

Mouche, dans un rayon, qui s’agite, immobile:

L’inconscience gaie et le tic-tac débile

De la tranquille mort des fous, je l’entends bien !

.

Pour connaître les participants aux dimanches poétiques rendez-vous chez Celsmoon!

.

beedaisy

Posté par aBeiLLe_ à 14:40 - - Commentaires [6] - Permalien [#]


dimanche 28 mars

Dimanche poétique

.

Green

Un poème de Paul Verlaine

Voici des fruits, des fleurs, des feuilles et des branches

Et puis voici mon cœur qui ne bat que pour vous.

Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches

Et qu’à vos yeux si beaux l’humble présent soit doux.

J’arrive tout couvert encore de rosée

Que le vent du matin vient glacer à mon front.

Souffrez que ma fatigue à vos pieds reposée

Rêve des chers instants qui la délasseront.

Sur votre jeune sein laissez rouler ma tête

Toute sonore encor de vos derniers baisers;

Laissez-la s’apaiser de la bonne tempête.

Et que je dorme un peu puisque vous reposez.

.

.

.

Pour connaître les participants aux dimanches poétiques, rendez-vous chez Celsmoon.

.

.

bee2heart

Posté par aBeiLLe_ à 03:04 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

dimanche 21 mars

Dimanche poétique

.

L'hymne au printemps

Un poème de Félix Leclerc

Les blés sont mûrs et la terre est mouillée

Les grands labours dorment sous la gelée

L'oiseau si beau, hier, s'est envolé

La porte est close sur le jardin fané...

Comme un vieux râteau oublié

Sous la neige je vais hiverner

Photos d'enfants qui courent dans les champs

Seront mes seules joies pour passer le temps

Mes cabanes d'oiseaux sont vidées

Le vent pleure dans ma cheminée

Mais dans mon cœur je m'en vais composer

L'hymne au printemps pour celle qui m'a quitté

Quand mon amie viendra par la rivière

Au mois de mai, après le dur hiver

Je sortirai, bras nus, dans la lumière

Et lui dirai le salut de la terre...

Vois, les fleurs ont recommencé

Dans l'étable crient les nouveau-nés

Viens voir la vieille barrière rouillée

Endimanchée de toiles d'araignée

Les bourgeons sortent de la mort

Papillons ont des manteaux d'or

Près du ruisseau sont alignées les fées

Et les crapauds chantent la liberté

Et les crapauds chantent la liberté ...

.

.

Pour d'autres instants poétiques, rendez-vous chez Celsmoon!

.

spring

Posté par aBeiLLe_ à 01:41 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

dimanche 14 mars

Dimanche poétique

Beepaint4

.

.

.

.

.

.

Quand elle fond,

La glace avec l'eau

Se raccommode.

Teitoku

.

.

.

.

Les dimanche poétiques sont chez Celsmoon!

Posté par aBeiLLe_ à 00:24 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

dimanche 07 mars

Dimanche poétique

Un joli poème de Théophile Gautier pour ce premier dimanche de mars qui sent le printemps!

.

.

Premier sourire du printemps

Un poème de Théophile Gautier

Tandis qu'à leurs oeuvres perverses

Les hommes courent haletants,

Mars qui rit, malgré les averses,

Prépare en secret le printemps.

Pour les petites pâquerettes,

Sournoisement lorsque tout dort,

Il repasse des collerettes

Et cisèle des boutons d'or.

Dans le verger et dans la vigne,

Il s'en va, furtif perruquier,

Avec une houppe de cygne,

Poudrer à frimas l'amandier.

La nature au lit se repose ;

Lui descend au jardin désert,

Et lace les boutons de rose

Dans leur corset de velours vert.

Tout en composant des solfèges,

Qu'aux merles il siffle à mi-voix,

Il sème aux prés les perce-neiges

Et les violettes aux bois.

Sur le cresson de la fontaine

Où le cerf boit, l'oreille au guet,

De sa main cachée il égrène

Les grelots d'argent du muguet.

Sous l'herbe, pour que tu la cueilles,

Il met la fraise au teint vermeil,

Et te tresse un chapeau de feuilles

Pour te garantir du soleil.

Puis, lorsque sa besogne est faite,

Et que son règne va finir,

Au seuil d'avril tournant la tête,

Il dit : " Printemps, tu peux venir ! "

.

.

.

.

N'oubliez pas d'aller voir quel poème Celsmoon a choisi de vous présenter aujourd'hui!

.

.

pring_tulips

Posté par aBeiLLe_ à 08:33 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


dimanche 28 février

Dimanche poétique

beejapon2.

.

.

.

Une maison

Perce dans le silence

Le secret de la neige

Sôseki

.

.

.

.

Pour plus de poésie, rendez-vous chez Celsmoon!

Posté par aBeiLLe_ à 07:06 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

dimanche 14 février

Dimanche poétique

En cette St-Valentin, je ne pouvais pas choisir un autre poète que celui-là, mon adoré, Pablo Neruda. Tiré du recueil La Centaine d'amour, le poème idéal pour cette journée spéciale.

.

XLIV

Un poème de Pablo Neruda

Sache que je ne t’aime pas et que je t’aime

puisque est double la façon d’être de la vie,

puisque la parole est une aile du silence,

et qu’il est dans le feu une moitié de froid

Moi je t’aime afin de commencer à t’aimer,

afin de pouvoir recommencer l’infini

et pour que jamais je ne cesse de t’aimer :

c’est pour cela que je ne t’aime pas encore.

Je t’aime et je ne t’aime pas, c’est comme si

j’avais entre mes deux mains les clés du bonheur

et un infortuné, un certain destin.

Mon amour a deux existences pour t’aimer.

Pour cela je t’aime quand je ne t’aime pas

et c’est pour cela que je t’aime quand je t’aime.

***

XLIV

Sabrás que no te amo y que te amo

puesto que de dos modos es la vida,

la palabra es un ala del silencio,

el fuego tiene una mitad de frío.

.

Yo te amo para comenzar a amarte,

para recomenzar el infinito

y para no dejar de amarte nunca:

por eso no te amo todavía.

.

Te amo y no te amo como si tuviera

en mis manos las llaves de la dicha

y un incierto destino desdichado.

Mi amor tiene dos vidas para amarte.

Por eso te amo cuando no te amo

y por eso te amo cuando te amo.

.

love_bugs

Posté par aBeiLLe_ à 08:30 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

dimanche 07 février

Dimanche poétique

Déjà dimanche et vient avec lui le poème hebdomadaire! Cette semaine, j'ai choisi un texte qui s'harmonise très bien à mon billet de demain...

.

Ariane

Un poème de Théodore de Banville

Dans Naxos, où les fleurs ouvrent leurs grands calices

Et que la douce mer baise avec des sanglots,

Dans l'île fortunée, enchantement des flots,

Le divin Iacchos apporte ses délices.

Entouré des lions, des panthères, des lices,

Le Dieu songe, les yeux voilés et demi-clos ;

Les Thyades au loin charment les verts îlots

Et de ses raisins noirs ornent leurs cheveux lisses.

Assise sur un tigre amené d'Orient,

Ariane triomphe, indolente, et riant

Aux lieux même où pleura son amour méprisée.

Elle va, nue et folle et les cheveux épars,

Et, songeant comme en rêve à son vainqueur Thésée,

Admire la douceur des fauves léopards.

.

.

.

Pour d'autres moments de poésie, n'hésitez pas à aller voir la liste des participants des dimanches poétiques chez Celsmoon!

.

.

beeruchebrnch

Posté par aBeiLLe_ à 10:18 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

lundi 01 février

Lundi poétique

Canalblog a éprouvé quelques problèmes toute la journée d'hier, je n'ai pas pu publier mon poème du dimanche. Qu'à cela ne tienne, je le publie aujourd'hui!

.

La nuit

Un poème de Claude Roy

Elle est venue la nuit de plus loin que la nuit

A pas de vent de loup de fougère et de menthe

Voleuse de parfum impure fausse nuit

Fille aux cheveux d'écume issus de l'eau dormante

Après l'aube la nuit tisseuse de chansons

S'endort d'un songe lourd d'astres et de méduses

Et les jambes mêlées au fuseau des saisons

Veille sur le repos des étoiles confuses

Sa main laisse glisser les constellations

Le sable fabuleux des mondes solitaires

La poussière de Dieu et de sa création

La semence de feu qui féconde les terres

Mais elle vient la nuit de plus loin que la nuit

A pas de vent de mer de feu de loup de piège

Bergère sans troupeau glaneuse sans épis

Aveugle aux lèvres d'or qui marche sur la neige

.

vague

Posté par aBeiLLe_ à 04:39 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

dimanche 24 janvier

Dimanche poétique

.

Quand par le dur hiver

Un poème de Jules Verne

Quand par le dur hiver tristement ramenée

La neige aux longs flocons tombe, et blanchit le toit,

Laissez geindre du temps la face enchifrenée.

Par nos nombreux fagots, rendez-moi l'âtre étroit !

Par le rêveur oisif, la douce après-dinée !

Les pieds sur les chenets, il songe, il rêve, il croit

Au bonheur ! - il ne veut devant sa cheminée

Qu'un voltaire bien doux, pouvant railler le froid !

Il tisonne son feu du bout de sa pincette ;

La flamme s'élargit, comme une étoile jette

L'étincelle que l'oeil dans l'ombre fixe et suit ;

Il lui semble alors voir les astres du soir poindre ;

L'illusion redouble ; heureux ! il pense joindre

A la chaleur du jour le charme de la nuit !

.. .

Les dimanches poétiques, une initiative de Celsmoon, rendez-vous chez elle pour la liste des participants!

.

minibeepapillon

Posté par aBeiLLe_ à 01:29 - - Commentaires [12] - Permalien [#]