kingsolver4e couverture:

Taylor Greer n’a pas l’intention de finir ses jours dans le Kentucky, où les filles commencent à faire des bébés avant d’apprendre leurs tables de multiplication. Le jour où elle quitte le comté de Pittman au volant de sa vieille Volkswagen, elle est bien décidée à rouler vers l’Ouest jusqu’à ce que sa voiture rende l’âme. C’est compter sans le désert de l’Oklahoma où, sur le parking d’un bar miteux, elle hérite d’un mystérieux balluchon : une petite Indienne. On est à Tucson dans l’Arizona. Dans un garage un peu spécial, elle va rencontrer à la fois la générosité et l’inacceptable, et trouver l’espoir de garder celle qui est devenue son enfant, la petite Turtle.

L'Arbre aux haricots est une histoire originale, pleine d'humour, d'humanité et surtout pleine d'espoir et d'optimisme. La société américaine est dépeinte avec beaucoup de réalisme, avec ses bons côtés mais surtout ses travers. L'écriture de Barbara Kingsolver est pétillante et pleine de fraicheur. Elle dépeints avec finesse les majestueux paysages américains. Elle a une écriture sincère et vraie avec ses magnifiques portraits de femmes fortes et volontaires, ses personnage attachants, sympathiques et bienveillants. Sur plusieurs points, L'Arbre aux haricots m'a rappelé La petite voix du cœur de Billie Letts, un roman que j'avais adoré.

Une belle histoire de solidarité et d'amitié. Un joli roman qui donne le sourire aux lèvres!

8.5/10

Extrait:

"La vallée de Tucson se trouvait étalée devant nous, nichée dans son berceau de montagnes. La plaine déserte qui nous séparait de la ville s'offrait à nous comme une main à une diseuse de bonne aventure, avec ses buttes et ses mamelons, les lignes de vie et de coeur des lits secs de ses cours d'eau.

Venant du sud, un orage approchait, lentement. Il ressemblait à un immense rideau de douche gris-bleu tiré par la main de Dieu. C'était tout juste si on voyait au travers, si on distinguait les contours des montagnes de l'autre côté. De temps en temps de blancs rubans de lumière bondissaient nerveusement entre les nuages et les sommets des montagnes. Une brise fraîche se levait derrière nous, parcourant de frissons les troncs des prosopis.

Les oiseaux excités couraient sur le sol et se perchaient sur les herbes frêles qui se balançaient follement dans le vent." (p 239-240)

L’Arbre aux haricots, Barbara Kingsolver, Rivages, 1995, 277p.

bearflowerbee2