mercredi 22 septembre

Morsure - Kelley Armstrong

morsure4e couverture:

Elena Michaels est un loup-garou et la seule femelle de son espèce. Voilà qui n'est déjà pas banal. Mais en plus, elle fait tout ce qu'elle peut pour être normale. Elle voudrait une vie ordinaire, sans ses désirs inhumains, sa sauvagerie, sa faim et ses instincts de chasseuse. Mais la Meute fait appel à elle, Enfreignant les lois du clan, des déviants menacent de dévoiler leur existence. Elena obtempère, car la loyauté du sang ne se discute pas. Et au cours de son combat, elle découvrira sa vraie nature...

Morsure revisite le mythe du loup-garou de façon fort originale parce qu’il nous montre une vision féminine des loups-garous. Sans pour autant laisser «le  masculin» de côté. Clayton *soupir* !

Le récit nous entraîne à la frontière de la sauvagerie. Il s'adresse à un public résolument adulte. Dans ce Objectif_PALroman, les loups-garous sont beaucoup plus près de la bête que de l’humain. Et je n'étais pas nécessairement prête à ça en ouvrant le roman. Où j’ai eu le plus de difficulté, c’est lors des quelques scènes de chasse. Elles sont un peu trop explicites à mon goût et j’ai eu du mal avec tant de cruauté envers les animaux. Si on met de côté ces quelques passages, j'ai quand même assez apprécié l'histoire.

Elena est la seule femme loup-garou. Elle tiraillée entre deux mondes celui des humains et celui des loups. Elle a de la difficulté à s'adapter à l'un et à l'autre. Malgré qu’elle soit la seule femme de son espèce, avec certains pouvoirs qui la rendent quasi invincible, elle m’a parfois fait levé les yeux au ciel tellement elle est bête et stupide à la limite exaspérante. Le fait qu'elle est incapable de se "brancher" y est pour beaucoup. Mais, je me dis que dans sa situation, j'aurais certainement de la difficulté à accepter tout ça. Mais je finirais tout de même à succomber… à Clay, parce que, hummmm…

Je lirai certainement le 2e tome Capture, parce que Clay…

.

7.5/10

.

.

Une sexy lecture offerte par Bladelor. ;o)

.

.

Morsure, Kelley Armstrong, Bragelonne-Milady, 2007, 535p.

.

.

bee_friendly_coffee

Posté par aBeiLLe_ à 00:05 - - Commentaires [13] - Permalien [#]


mardi 21 septembre

Swap au long cours - Part 3!

Parce que j'ai la réputation (pas surfaite ceci dit!) d'être gourmande (je l'assume pleinement, soit dit en passant) Lucie et moi avons choisi pour le 3e envoi du swap au long cours le thème Gourmet/Gourmande. J'ai découvert en préparant mon colis que Lucie est elle aussi une vraie gourmande! Elle veut même qu'on rempile l'an prochain et qu'on se refasse un colis sur le thème. J'ai pas besoin de vous avouer que je suis tout à fait en accord avec cette idée! :o)

Trève de bavardages, voici en photos le contenu de ce délicieux colis.

SwapLong3_01

Par chance, j'ai une grande table!

SwapLong3_02

Des bouquins qui me font envie! (J'ai bien hâte de terminer la lecture des polars du Prix Points pour pouvoir les lire!)

- L'école des saveurs d'Erica Bauermeister

- Les croissant du dimanche d'Annie Saumont

- Cuisine et dépendances d'Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri

- Étoiles de Simonetta Greggio

SwapLong3_03

Pas moins de 5 livres de cuisine et une revue gourmande!

- Cuisine et Vins de France le magazine de cuisine préféré de Lucie.

- La cuisine des séries de Anne Martinetti. Je trouve l'idée très originale, des recettes des personnages de nos séries préférés!

- Le livre (de) nos chouettes recettes gourmande et (encore) secrètes de Michel et Augustin les trublions du goût. Trop mignonnnnnnnnnn! J'adore!

- Recettes au fromage et Chocolat de La Popote des Potes. Fromage et chocolat, deux aliments sans lesquels je ne peux vivre! Mmmm! Les recettes me font saliver!

- 200 bons petits plats italiens des éditions Marabout dont j'adore les livres de recettes, facile et délicieuses!

SwapLong3_04

Les gourmandises miam, miam!

- Chocolat Noir Dolfin au poivre rose, j'aime bien découvrir des trucs originaux!

- Chocolat Noir Dolfin aux poires et amandes grillées, encore là très original, j'ai bien hâte de découvrir!

- Petits carrés pas tout à fait carrés aux noisettes et chocolat noir. J'ai découvert les petites douceurs de Michel et Augustin et franchement, c'est un délice! J'en croque justement un petit carré pas vraiment carré en écrivant ce billet!

- Des Petits sablés ronds et bons aux amandes et aux noisettes ainsi qu'au beurre un peu salé de Michel et Augustin. Les emballages de ces petites friandises sont tout simplement craquants! Des petites phrases délicieuses parsemées ici et là sur l'emballage, c'est vraiment joli!

- Et pour accompagner le tout, un magnifique carnet de recettes!

Et le clou de ce sublime colis, un magnifique tablier personnalisé fait par la talentueuse Pétronie (je vous invite à aller faire un tour sur son blog, elle fait de mignonnes choses avec ses dix doigts)

SwapLong3_05

Les détails, le petit plus qui fait plaisir!

SwapLong3_06

Et la classique photo de groupe!

SwapLong3_07

Merci de tout coeur ma belle Lucie! Un sans faute, encore une fois! Chaque fois que je vais faire une recette tirée d'un de ses livres, je vais penser à toi!

Et un gros merci aussi à Bladelor pour l'organisation de cet exceptionnel swap auquel je participe avec toujours autant de plaisir.

Pour voir le colis (ou plutôt ce qui en reste... Vive la poste... Grrrrrrrrrr!) que j'ai envoyé à Lucie, c'est ici.

Posté par aBeiLLe_ à 03:21 - - Commentaires [21] - Permalien [#]

mercredi 08 septembre

Mes alliances - Elizabeth Gilbert

mes_alliances"Rien n'empêche un poisson et un oiseau de tomber amoureux, mais où vont-ils vivre?"

Présentation de l'éditeur:

À la fin de son périple autour du monde qu'elle relata dans Mange, Prie, Aime, Elizabeth Gilbert s'éprenait de Felipe, citoyen australien natif du Brésil. Ils se jurèrent fidélité, mais, échaudés par des séparations douloureuses, se promirent de ne jamais convoler en justes noces. Le Ciel, ou plutôt l'immigration américaine, en décida autrement : le couple serait obligé d'envisager une union officielle afin que Felipe puisse remettre les pieds aux États-Unis.
"Condamnée" à se marier, Elizabeth Gilbert résolut de juguler sa peur de l'institution en s'y intéressant de plus près. Pendant près d'un an, et tout en parcourant l'Asie du Sud-est avec son compagnon dans l'attente d'un visa en règle, elle se consacra à l'étude de ce sujet. Mes alliances est le fruit des réflexions d'une femme qui a cherché à se réconcilier avec l'idée du mariage.

.

Quand le service de presse des Éditions Calmann-Lévy m'a proposé ce roman, j'étais plutôt enthousiaste. J'avais bien hâte de découvrir la suite de son précédent roman Mange, prie, aime que j'ai lu l'an dernier.

À ma grande surprise, je me suis trouvée plongé dans ce qui m'a semblé une analyse sur le mariage à travers les époques et les différentes cultures et non un roman proprement dit. Je dois vous avouer d'emblée que le sujet ne m'interpelle pas, mais alors là, pas du tout! Je m'attendais à une histoire dont le propos central est le mariage et non à une étude sur le sujet. Cette suite de faits et d'anecdotes m'a profondément ennuyé. De façon générale, j'ai trouvé le livre fade, sans couleur et beaucoup trop convenu. Il manque l'étincelle de coquinerie et le soupçon d'autodérision que j'ai tant apprécié de Mange, prie, aime. Plusieurs passages mérite quand même qu'on s'y attarde; la rencontre entre l'auteure et Mai la petite vietnamienne et sa grand-mère. J'ai aussi beaucoup aimé la candeur de Keo et de sa timide femme Noi. Mais au final, ça traîne en longueur et ça manque cruellement de croustillant. Le charme n'a pas opéré cette fois-ci. Dommage…

5/10

Extrait:

"Ainsi œuvre l'intimité au fil du temps. Ou un mariage, après plusieurs années: on se raconte des histoires, on hérite chacun des souvenirs de l'autre, et c'est comme ça, en partie, que chacun devient une annexe de l'autre, un treillis sur lequel nos biographies respectives peuvent grimper. Les souvenirs de Felipe sont devenus une part de ma mémoire; ma vie s'est tissés dans l'étoffe de la sienne." P.279

.

.

Je remercie Les Éditions Calmann-Lévy pour l'envoi de ce roman.

.

Mes alliances, Elizabeth Gilbert, Calmann-Lévy, 2010, 331p.

.

.

wedding

Posté par aBeiLLe_ à 15:15 - - Commentaires [18] - Permalien [#]

jeudi 19 août

Le jeudi, c'est citation!

IMGP5601

.

"Le rire c’est une poussière de joie qui fait éternuer le cœur."

.

.

.

.

Vous voulez participer? Cliquez sur le logo! Jeudi_Citation

.

.

.

bee_happy99

Posté par aBeiLLe_ à 19:06 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

vendredi 06 août

Poussière d’os - Simon Beckett

Simon_Beckett4e couverture:

Deux pieds et une main : c’est tout ce qu’il reste d’un cadavre calciné sur une petite île des Hébrides. David Hunter, anthropologue et médecin légiste, est envoyé sur les lieux. Assisté d’un inspecteur à la retraite, bourru et désabusé, il enquête auprès des îliens, prêts à tout pour garder leurs secrets. Battue par la tempête, l’île est coupée du monde, et le meurtrier rôde toujours.

J’ai eu une belle surprise pour ma deuxième lecture pour le Prix Polar Points. Poussière d’os Objectif_PALest un roman d’ambiance comme je les aime, un huis clos qui m’a rappelé sur plusieurs niveaux Dix petits nègres d’Agatha Christie. Car ici aussi les personnages sont victimes d’un meurtrier qui sévit sur une île isolée de tout. Les conditions météorologiques ont un impact majeur sur l’intrigue et insuffle une atmosphère particulière au récit. Mais par-dessus tout, j’ai apprécié que pour faire différent le personnage principal ne soit pas un énième inspecteur bourru mais un jeune médecin légiste en début de carrière. Simon Beckett nous livre avec ce roman une intrigue bien ficelée, je me suis laissé prendre au jeu et la fin m’a laissée complètement pantoise. Je n’ai qu’une envie, découvrir les autres romans mettant en scène le docteur David Hunter.

8.5/10

beesmall2

Poussière d’os, Simon Beckett, Points, 2010, 445p.

.

Prix_Points.

Posté par aBeiLLe_ à 05:30 - - Commentaires [15] - Permalien [#]


jeudi 05 août

Le jeudi, c'est citation!

Jeudi_Citation

Le joli logo et l'initiative est de Chiffonnette! Je trouve l'idée délicieuse! Je ne garantie pas une participation chaque jeudi, mais seulement les semaines où j'en ai envie!

La première citation que je partage avec vous est ma citation fétiche, elle est si sincèrement vraie!

.

"La beauté est une combinaison de petits défauts touchants."

-Un petit pas pour l’homme, Stéphane Dompierre

.

.

.

Bon jeudi!

.

beecute2

.

Posté par aBeiLLe_ à 21:55 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

samedi 31 juillet

Ciels de foudre - C.J. Box

C4e couverture:

Dans le Wyoming, la haine est une affaire de famille. Quand la vieille Opal Scarlett disparaît, ses trois fils se battent à coups de pelle pour la succession du ranch. Joe Pickett, le garde-chasse incorruptible, n’aurait jamais dû s’en mêler. Surtout que John Wayne Keeley voudrait en profiter pour lui faire la peau. Pour s’en sortir vivant, il va falloir jouer serré...

Quand je retrouve dans la même phrase : Wyoming, ranch et policier, je suis immédiatement gagnée ! C’est une suite de mots qui m’attire à tout coup !

Alors là, quelle déception ! C’est le premier roman que je lis dans le cadre du Prix du meilleur polar Points et franchement, je suis extrêmement déçue ! Je m’attendais à beaucoup plus d’un des 10 meilleurs polars de l’année. Dans ce roman, j’ai trouvé que l’auteur y est allé un peu fort. Tous les personnages du roman sont méchants, ils ont tous quelque chose à se reprocher, quelque chose qui cloche. Même la jeune adolescente de Joe, le garde-chasse, on essaie de nous la faire passer pour une mauvaise fille ! Trop c’est trop ! L’intrigue s’étire en longueur, tourne en rond, il n’y a aucune surprise, le style est bof… ordinaire. Je trouve dommage de ne pas avoir lu les précédents romans mettant en scène le personnage de Joe Pickett (Ciels de foudre est la 6e intrigue où on retrouve le garde-chasse) Je suis certaine que ça nuit beaucoup à la compréhension de certains passage du roman et ça m’a empêché de m’imprégner complètement dans l’univers qu’à créé C.J Box. Pourtant, il me tardait tellement de découvrir cet auteur. Un rendez-vous manqué…

5/10

.

.

Ciels de foudre, C.J. Box, Points, 2010, 339p.

.

.

Prix_Points

Posté par aBeiLLe_ à 00:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

vendredi 30 juillet

Un cri d'amour au centre du monde - Kyoichi Katayama

Katayama          coup_de_coeur_abeille

"Je voudrais m’enfuir avec toi vers un pays où la maladie n’existe pas."

4e couverture:

Qu’advient-il de l’amour quand l’être aimé disparaît ?

Sakutaro et Aki se rencontrent au collège dans une ville de province du Japon. Leur relation évolue de l’amitié à l’amour lorsqu’ils se retrouvent ensemble au lycée.

En classe de première, Aki tombe malade. Atteinte de leucémie, elle sera emportée en quelques semaines. Sakutaro se souvient de leur premier baiser, de leurs rendez-vous amoureux, du pèlerinage en Australie entrepris en sa mémoire.

Quel sens donner à sa souffrance ?

Comment pourrait-il aimer à nouveau ?

Lorsque Sandy m’a offert ce roman (lors du Slat Swap) elle voulait partager un de ses coups de cœur avec moi et me faire découvrir cette belle histoire. Le billet de Stephie m’a convaincue de l’ouvrir sans tarder!

Je ne fais que penser au roman et j’ai une boule dans la gorge et mes yeux se remplissent de larmes! Qu’est-ce que j’ai pleuré en lisant l’histoire de Saku’chan et de sa belle Aki. Un roman qui a fait vibrer en moi une corde sensible. (Ohh la la, si vous me voyiez en ce moment! Je n’arrive même pas à écrire une ligne sans verser une larme!) Je suis incapable d’écrire un billet à la hauteur de cette œuvre magnifique, douce, tendre et si tragique! Je vous invite seulement à le lire, à vous laissez toucher par les mots si beaux, si justes de l’auteur. Un roman que je vais relire, sans aucun doute! Un coup de cœur, un gros! Merci Sandy!

10/10  mini_bee_coeur

.

Un cri d’amour au centre du monde, Kyoichi Katayama, Presses de la Cité, Le Livre de Poche, 2006, 215p.

.

Objectif_PAL

Posté par aBeiLLe_ à 00:12 - - Commentaires [26] - Permalien [#]

jeudi 29 juillet

Mon dicton du jour (ou presque) - Emma Chedid

chedid4e couverture:

Les dictons :

On les connaît tous, on les utilise souvent,

on ne sait pas ce qu’ils veulent dire.

Ici on les redécouvre sous un nouveau jour surréaliste.

Jouant du comique de situation,

du détournement absurde et de l’humour noir,

Emma Chedid revisite nos dictons du quotidien au fil de saynètes hilarantes

illustrées d’un trait vif.

J’ai trouvé le concept de ce petit livre très amusant, les personnages sontObjectif_PAL sympathiques, les histoires rigolotes, mais par contre, je dois avouer que ne connais pas la moitié de ces dictons. Je crois que le problème se situe au niveau culturel, étant québécoise, les expressions ou dictons sont très différents chez nous qu’en France. Mention spéciale à Roméo et Juliette, le couple de grenouilles, qu’est-ce que je les ai trouvé drôle ces deux-là!! :o)

6.5/10

Le blog d’Emma Chedid : http://www.mondictondujour.com/

.

Je remercie Camille des Éditions Michel Lafon pour l’envoi de ce livre.

.

Mon dicton du jour (ou Presque), Emma Chedid, Éditions Privé, 2010, 239p.

,

funny_bee2

Posté par aBeiLLe_ à 21:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

dimanche 25 juillet

L’héritage de tata Lucie - Philippe Saimbert

Tata_Lucie4e couverture:

Tata Lucie est une emmerdeuse. De son vivant ce n'était pas une sainte mais, une fois morte, elle se surpasse pour pourrir la vie de sa famille. Le testament est clair : pour toucher l'héritage, ses neveux doivent s'installer avec toute leur famille dans la maison de la défunte. Et ce n'est pas un palais !

Tata Lucie leur a réservé une autre surprise, une sorte de chasse au trésor rocambolesque, les pieds dans la boue. Bienvenue à la campagne ! C'est certain, les chers neveux ne vont pas s'ennuyer et, au coeur du Béarn, ils sont entraînés dans une aventure qu'ils ne risquent pas d'oublier... Mais que ne ferait-on pas pour toucher le pactole ?

Comique de situation, dialogues savoureux et coups de théâtre s'enchaînent jusqu'au final orchestré par la chère tata Lucie. Un dénouement forcément étonnant.

Ce roman, je l’ai lu en avril et par manque de temps, je n’avais pas écrit de billet. Alors mon avis sera court, je vais tenter de vous donner les impressions que m’a laissé le roman quelques mois après la lecture.

Je me souviens d’un roman qui m’a fait beaucoup rire. À gorge déployé même ! Ce qui m’arrive rarement en lisant un livre. Je souris souvent, je ricane quelquefois, mais j’éclate rarement de rire. Certains passages de ce roman m’ont littéralement fait crouler de rire ! J’ai adoré le côté grinçant de tata Lucie, une femme qui n’a pas la langue dans sa poche ! L’auteur entraîne ses personnages, loufoques à souhait, dans une aventure qu'ils n'oublieront pas de sitôt! Du bonbon… acidulé! :o)

8.5/10

Je vous laisse sur une succulente citation de tata Lucie :

"Le temps est carnivore : il mange des enfants aux yeux tendres et rieurs pour déféquer des adultes qui se disent honnêtes et responsables."

.

Je remercie l’auteur Philippe Saimbert et City Éditions pour l’envoi de ce roman!

.

.

L’héritage de tata Lucie, Philippe Saimbert, City éditions, 2010, 286p.

.

beeshappy1

Posté par aBeiLLe_ à 15:56 - - Commentaires [21] - Permalien [#]